Voix de femmes : Nina Hagen

Troisième article de la catégorie Voix de femmes, je m’intéresse aujourd’hui à une grande chanteuse, Nina Hagen.

Pour la petite histoire, j’ai découvert son existence par ma mère, à l’époque où je m’habillais de façon très extravagante et était en recherche de modèles féminins, qui sortaient des sentiers battus.Au premier abord, je n’avais pas trop aimer sa musique, puis un jour j’ai fait l’acquisition d’un de ses albums, et ce fut la révélation.J’ai adorée la voix de cette femme, qui maîtrisait autant les aigus, que le chant grave, et le grain de folie que dégageait sa musique,ainsi que le mélange de genres qu’elle faisait dans ses chansons,que ce soit avec le Nina Hagen Band, ou lorsqu’elle a poursuivie sa carrière seule.

Je me suis découverte une fascination pour cette femme aux accoutrements fous, aux mœurs très libres, et elle est vite devenue comme ma mère spirituelle, un modèle, que j’essaie d’imiter comme je peux, au quotidien.

J’ai choisie de parler d’elle, du fait de la place énorme qu’elle tient dans ma bibliothèque musicale, mais aussi parce que j’estime que les gens de ma génération ne la connaissent pas assez, et elle mérite qu’on s’attarde quelques instants sur son histoire, ses chansons, et ses engagements politiques

 

058_NINA-HAGEN

Pour revenir rapidement sur son histoire, elle est la fille d’une actrice et d’un scénariste, qui divorcent lorsqu’elle n’a que deux ans.A l’âge de dix ans elle se lie avec le poète dissident Wolf Biermann, qui aura une grande influence sur Nina, tout au long de sa vie.Elle arrête ses études en 1972, alors agée de 17 ans, parce qu’on lui refuse l’école gouvernementale d’acteurs, elle quitte donc l’Allemagne de l’Est, pour se rendre en Pologne, où elle reprendra des chansons de Janis Joplin et de Tina Turner.

L’année suivante, de retour à Berlin Est , elle intègre le Studio für Unterhaltungsmusik (Atelier de musique de divertissement) duquel elle ressort diplômée un an plus tard. Suivent alors des mois de tournée sur les routes d’Allemagne de l’Est  où elle se produit avec l’Alfons Wonneberg Orchestra. Lassée de ces tournées, elle monte un premier groupe, Automobil, avec lequel elle chante le titre Du hast den Farbfilm vergessen (« Tu as oublié la pellicule couleur ») devenu mythique. Elle monte ensuite, quelques mois plus tard, un autre groupe appelé Fritzens Dampferband.

Elle doit définitivement quitter Berlin Est pour Berlin Ouest, lorsque son ami d’enfance Wolf Biermann, est déchu de sa nationalité est allemande. L’année suivante, elle part pour Londres, où elle fréquentera la scène punk, dont elle s’inspirera beaucoup tout au long de sa carrière.Elle rentre en Allemagne et fonde le Nina Hagen Band, et sort son premier album en 1978, appelé sobrement Nina Hagen Band.Dès sa sortie, l’album dévoile une artiste talentueuse, charismatique, à la voix hors norme, qui trouve son public.

En 1979,elle sort son second album Unbehagen (Malaise), dans lequel elle interprète African Reggae, qui devient un tube,elle se sépare ensuite de son groupe, car elle souhaite poursuivre une carrière solo.Elle se marie avec le chanteur Herman Brood, avec qui elle tourne dans le film Cha Cha avec Lene Lovich.C’est aussi l’année où elle décide d’arrêter toutes les drogues dures, après avoir passé une nuit d’horreur à lutter contre des démons, après un mauvais bad trip

hqdefault

En 1981,elle se sépare d’Herman,et s’installe aux Etats Unis,et donne naissance à une fille prénommée Cosma Shiva Hagen,née de sa rencontre avec Ferdinand Karmelk,et en 1982 sort NunSexMonkRock, son premier album solo en anglais, qui est un mélange entre punk,funk,reggae et opéra.

Alors qu’elle est enceinte, elle dit avoir vu un vaisseau spatial, et avoir rencontré trois extra terrestres avec une table de mixage,

En 1983,elle sort Angstlos (Sans crainte), où figure le tube New York/NY, et une célèbre reprise de Zarah Leander.C’est à cette époque où elle choisit de faire de chacune de ses apparitions publiques une occasion pour exprimer ses idées au sujet de Dieu, des extraterrestres, des droits des animaux et de la politique

En 1984, elle participe à la bande originale du film L’année des méduses de Christopher Frank, puis elle sortira Nina Hagen in Ektase, en 1985, suivi d’une tournée internationale avec la participation de Lene Lovich

Pour la fin des années 80, elle fait une tournée en 1989 pour présenter son nouvel album, Nina Hagen, donnera naissance à son fils Otis en 1990, puis en 1991, elle repart sur les routes à travers l’Europe pour présenter Street son nouvel album.

Elle enregistre un duo avec Nana Mouskouri, autre grande figure de la musique, où elles reprennent Lile Marleen, chanson de Marlène Dietrich

Entre 1993 et 1996,elle enregistre trois albums : Revolution Ballroom, que la critique jugera comme l’un de ses plus aboutis,puis FreuD euch (Rejouissez vous) et Beehappy

En 1998, elle devient animatrice d’une émission  hebdomadaire sur la chaine britannique Sci Fi Channel,puis elle repart en tournée en Allemagne,puis elle sort Om Namah Shivay, un album de chants indiens uniquement vendu sur son site Internelt,dont une partie des bénéfices sert pour la réalisation de projets sociaux en Inde,en effet Nina entretiendra pendant plusieurs annérs une relation spirituelle très forte avec ce pays dans lequel elle a beaucoup voyagé.

Parallèlement,elle chantera en duo avec le group OOMPH, la chanson Fieber (Fievre), et Witness avec KMFDM

Elle participe ensuite à un enregistrement de L’opéra de quat’sous de Brecht avec le Moderne Ensemble Berlin,cette version sera d’ailleurs plébiscitée par les critiques de musique classique.

Pour le nouveau millénaire, elle enregistre Return of the Mother, en 2000, où elle retrouve un son plus rock,et des paroles en anglais,avec lequel elle partira de nouveau en Allemagne

Puis elle collaborera avec Apocalyptica pour la reprise de Rammstein « Seemann », en 2003avant de sortir la même année l’album Big Band Explosion, un album de reprises de douze standards de jazz, parmi lesquels Let me entertain you, Fever ou Over the Rainbow

En février 2006, elle sort son album Irgendwo auf der Welt, elle reprend des standards de la chanson allemande et internationale des années 30, comme Orgendwo auf der Welt,Yes Sir, ou encore Der Wind hat mir ein Lied erzählt

En 2009, elle se fait baptisé dans un temple protestant dans le nord de l’Allemagne, et en 2010, elle publie un ouvrage intitulé Bekenntnisse (Confessions dont le titre paraphrase l’ouvrage de Saint Augustin), qui retrace son itinéraire spirituel vers le christianisme.Elle avait été hindouiste, mais avait été décue par la conduite de son gouru, et n’était pas en phase avec le concept de « caste »

Puis en 2010, elle publie Personal Jesus, où elle fait une reprise de Personal Jesus de Depeche Mode, où elle chante en anglais et où les textes sont beaucoup plus orientés vers la religion que ces opus précédents

Pour résumer, en plus de trente ans de carrière, elle est passée avec brio du punk, au jazz, à l’opéra, à la pop, au funk, à l’indus métal,et a vécu aux quatre coins du monde.

Evidemment, aujourd’hui, cela fait cinq ans qu’elle n’a pas sorti d’album studio, mais elle continue de donner des concerts ici et là.Sa voix a évoluée, du fait qu’elle est fumée pendant longtemps, aujourd’hui elle ne peut plus aller dans les aigus, mais personnellement je trouve qu’elle maitrise d’autant plus les graves, et cela donne une nouvelle intensité à ses chansons ainsi qu’à sa voix.

En plus d’avoir traversé des années 80 jusqu’à aujourd’hui par sa voix,elle fut aussi célébre comme j’ai pu le mentionner auparavant par ses combats politiques, sociaux.Dans les années 80, elle fait scandale sur une chaîne de télévision allemande parce qu’elle montre comment se masturber, puis elle chantera Don’t kill the Animals avec Lene Lovich, un titre anti vivisection, et plus généralement contre le mal fait aux animaux,elle a reversé les bénéfices d’un de ses albums pour réaliser des projets en Inde, a travaillé en étroite collaboration avec la Peta ( une agence de protection des animaux).Elle s’indigne contre toutes les guerres, et essaie de lutter à son niveau pour un monde plus juste,plus équitable.

199767_177181685663163_7844950_n1

Publicités

Un commentaire sur “Voix de femmes : Nina Hagen

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :