Anna #6

TW : vomissements,utilisation de laxatifs, harcèlement scolaire,viol, description de pratiques sexuelles,prise de drogues, d’alcool
Elle savait comment se comporter : vivant seule,elle recevait la visite de personne ,à part moi et celle d’un médecin quotidiennement,elle ne s’en inquiétait pas :il suffisait qu’elle reprenne assez de poids,qu’elle joue le jeu et on pouvait être sûr qu’on finirait pour la laisser tranquille.
Quelques semaines après qu’elle soit sortie,en Novembre ou je lui avais rendu visite ,elle m’avait dire une phrase,qui m’avait énormément marqué à l’époque :”C’est pas à nous de guérir,et je ne suis pas malade.Je veux seulement être et me sentir belle ,comme toutes les filles de la Terre non ? Je veux juste qu’on me laisse vivre.”
Et à cette époque,ces phrases sont devenues mon motto : comme vous le savez,elle a été ma seule amie pendant longtemps et je croyais tout ce qu’elle me disait dur comme fer,elle était mon modèle sur terre en tous points.et des qu’elle faisait quelque chose,je m’empresser de l’imiter :c’est elle qui m’a percé le nez , et le nombril dans sa chambre dans des conditions d’hygiène plus que douteuses,on allait souvent en boîte le samedi soir,alors que j’étais encore mineure.
J’essayais parfois de ralentir le rythme de nos sorties histoire de pouvoir continuer à avoir de bons résultats.
On prenait toutes sortes de drogues,on buvait beaucoup,et j’ai fait ma première fois avec un quarantenaire poudré et bourré lors d’une de ses soirées.
Ce n’est pas mon meilleur souvenir, j’étais particulièrement bourrée,et il m’avait collé toute la soirée,à l’époque ça ne m’avait pas vraiment dérangé,vu que j’essayais de paraître cool.On avait dansé ensemble,pris un rail de coke et partagés un joint dans les toilettes,et à la fin de la soirée , il m’avait prise en levrette dans les toilettes. Ça n’avait pas été agréable,ni particulièrement désagréable,juste douloureux,assez humiliant et excitant à la fois. Ce n’est pas franchement la façon dont j’avais rêvé de me faire déflorer.
Heureusement je ne l’avais jamais revu .
Pour en revenir à l’histoire, je voyais Anna reprendre des couleurs doucement ,et j’étais soulagée.Quant à moi,juste avant les vacances de Noël ,j’étais arrivée à 50 kg,et j’étais presque satisfaite :le regard des mecs surtout avait changé.
Je me sentais aussi mieux dans ma tête même si je souhaitais encore maigrir ,essayer d’atteindre les trente kilos avant la nouvelle année.
Ma méthode était drastique, je ne mangeais que des légumes à la vapeur,et me faisait vomir des sur je pensais avoir mangé trop gras,trop sucré…
Ma vie continua son cours normal, le harcèlement au lycée : les moqueries face à mon style vestimentaire de plus en plus affirmé,les coups,les bousculades,… Moi mangeant de moins en moins,juste assez pour garder les capacités et rester éveillée,elle juste pour prendre assez de poids pour qu’on ne la materne plus.
Après l’hospitalisation d’Anna,mes parents ont commencé à être plus regardant sur ce que je mangeais :ma mère s’obligeait à me servir des portions copieuses,que je ne finissais jamais,ce qui déclenchait à chaque fois,qui finissait toujours de la même façon :moi dans ma chambre en pleurs,attendant que tout le monde forme pour me faire vomir,en me maudissant de ne plus avoir envie de manger,le faisant seulement pour qu’on me laisse tranquille. Heureusement je ne rentrais pas chez moi pour le repas du midi.Je n’avais pas à faire semblant : je passais toute la pause méridienne au foyer à travailler,et à fumer des clopes.malgré mon changement physique,je n’avais toujours pas d’ami.e.s,mais le regard des garçons avait changé. On me regardait maintenant comme un bout de viande et on me disait des trucs de plus en plus obscènes : “J’aimerais tellement faire une branlette espagnole entre tes seins”,
Peu de temps avant les vacances d’hiver,ça a été le summum,à la fin des cours,je sortais du cours de sport.Jzi croisée une bande de garçons qui me faisait des agences qui menait à la sortie,la délivrance.
Je baissais la tête pour ne pas les regarder,mais l’un d’eux m’interpella :
“Hé,la salope,t’es toute seule ?”
Un de ses potes lui répondit :”Ben oui tu vois bien qu’y a personne,elle va rentrer chez elle”,puis en montrant son entrejambe : “C’est bête on aimerait bien s’amuser nous!”
À ce moment là ,ils se sont tous rapprochés de moi et ont commencés à me toucher la poitrine et l’entrejambe : –”je suis sûr qu’elle en meure d’envie.” Puis l’un d’eux glissa sa main dans ma culotte :”Putain elle mouille la salope.Ca me fait tellement bander.”
Ils m’ont attrapés, ramenés dans un vestiaire, et ont fermés la porte.Deux me tenaient pendant sur les autres me déshabillaient :l’un après l’autre,ils m’embrassaient,me mettaient des doigts,m’ont allongés par terre et violés l’un après l’autre,variant les positions,les orifices, pendant ce qui m’a semblé durer des heures. Ils m’ont tous jouisse dans la bouche et m’ont forcés à évoluer.Puis ils m’ont laissés là,nue,sur le carrelage froid.J’ai pleurée pendant de longues minutes pleine de rage,de dégoût envers moi même,je me sentais sale et horriblement mal.
Après un certain laps de temps,je me suis relevée,ait ravalée mes larmes, essuyait celles qui coulaient sur mes jours,me rhabillait comme je pouvais et rentrais chez moi,me promettant que d’une façon ou d’une autre , je me vengerais.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :