L’autosexualité

 

Après avoir parlé (un peu) de pornographie, je reprends les sujets traitant de sexualité pour vous parler d’autosexualité, ou de masturbation… Mais d’abord la minute un peu chiante puisqu’on va parler de l’origine du mot « masturbation », et de pourquoi je lui préfère le terme d’autosexualité ou d’autoérotisme.

Le mot « masturbation » a été formé pour la première fois par Montaigne  sous la forme « manusturpration » dans ses Essais. Il vient de « manus », la main et « strupatio », l’action de souiller, ce serait donc l’action de souiller par la main ou encore de se donner du stupre,un genre de plaisir honteux.Quant à « masturbation », il viendrait du latin « masturbio » et peut être du grec mastropeuin, prostituer.

Pour éviter ces connotations négatives et culpabilisantes beaucoup préconisent le terme d’auto sexualité ou d’auto érotisme, c’est pour cela que j’utiliserais ce terme tout au long de l’article.

Encore une petite précision, j’utiliserais les termes autosexualité vaginale, pour tout ce qui stimulis et pénétrations vaginales, autosexualité anale, pour tout ce qui est stimulis et pénétrations anales, autosexualité clitoridienne pour tout ce qui est stimulis du clitoris et autosexualité pénienne, pour tout ce qui est stimulis du pénis, car ces termes me semblent plus inclusifs et safe qu’autosexualité féminine et masculine.

 

D’un point de vue historique, l’auto sexualité a été pratiquée de tous temps, je ferais seulement une distinction entre les religions monothéistes, et les autres pays.

Donc pour commencer parlons de nos merveilleuses cultures occidentales :

Avant le XVII siècle, l’autosexualité était considérée comme un péché,mais n’était pas encore considérée comme pouvant avoir des conséquences pathologiques. Entre le XIII et le XVI siècle toutes les pratiques sont à l’origine d’écrits de moralistes, de religieux et de médecins : ils ne se basaient pas sur des écrits ou des études pseudo scientifiques mais bien sur leur propre ressentis personnels.

Le livre majeur, qui est a l’origine de deux siècles de répression,c’est Onania de John Marten, paru en 1715 en Angleterre : son auteur, un médecin, à d’abord commencer par décrire dans une brochure les conséquences physiologiques de l’autosexualité en disant qu’elle était à l’origine de la déchéance du corps, et que ses conséquences sont irréversibles, et qu’elle peut provoquer la mort.

Entre 1718 et 1778, il y a 22 rééditions d’Onania, car l’auteur publiait les lettres de ses lecteurs, sorte de romans feuilletons sur la masturbation et les crimes qu’elle occasionne.

Un autre médecin Samuel Auguste Tissot, écrivit lui aussi un livre Onanisme, qui bénéficia de 63 rééditions entre 17 et 1905. Sa théorie,c’était de penser que le sperme était une substance qui ne devait pas être gaspillé, car rare, et donc que l’autosexualité diminuait la fertilité, mais aussi que toute activité sexuelle était dangereuse car elle remontait le sang vers la tête, ce qui causait la dégénérescence des nerfs et des tissus

A la fin du XIXieme siècle,les médecins pensaient que manger de bonnes choses menaient à la masturbation, par exemple les céréales Kellog’s Corn Flakes ont été spécialement conçues sans sucres pour décourager la masturbation

D’un point de vue médical, la quasi totalité des médecins pensaient que l’autosexualité était une maladie, provenant d’un vice moral ou d’un dérèglement du désir sexuel.

En effet, le dictionnaire médical préconisait de fouetter les enfants et adolescents pris en train de se masturber, et disait que celle ci rendait fou.folle,était très mauvaise pour le corps et rendait fou, voir rendait épileptiques.

Les chercheurs Masters&Johnson décrivent les pratiques courantes au XIX ième siècle :  l’usage de cages,de camisole de force pendant la nuit et de ceintures de chasteté, voir d’actes chirurgicaux pour  » laissaient presque plus rien à caresser au malheureux patient », on pouvait mettre des mitaines piquantes aux mains des enfants pendant qu’ils dormaient, voir installer une alarme dans la chambre des parents qui se déclencheraient dès que leurs enfants se toucheraient.On pouvait appliquer des sangsues afin de ne réduire le risque d’érection.Dans les années 1850/60,l’ablation du clitoris et la castration étaient très à la mode.

Cinture_contro_masturbazione_p._627.jpg

Sur le plan religieux, avant les années 70, l’Église utilisait des termes tels que « abus de soi », « souillure de la chair » et « auto-pollution », cette pratique était sévèrement condamnée .Depuis les années 70, la position de l’Église catholique a évolué : même si elle est toujours considérée comme un péché, puisque considéré comme une pratique sexuelle qui ne mène pas à la reproduction,et elle est meme déconseillée dans le cadre d’une procréation médicalement assistée

Après la « révolution sexuelle »des années 1970, le discours médical tend à  changer , par exemple le sexologue Philippe Brenot publiera même une « éloge de la masturbation »

41MMXKFQH2L._SX313_BO1,204,203,200_

Mais, plus tard à partir des années 80, on constate quand même la perception de la sexualité a été modifiée : à cause de la médiatisation plus visible des infections sexuellement transmissibles, des agressions sexuelles, et du SIDA, elle commence à être perçue comme ambivalente : comme source de plaisirs, mais aussi de maladies pouvant être mortelles.

Depuis les années 2000, peu de gens militent contre l’autosexualité, tout autant que ceux.celles qui militent pour : il ne fait pas partie des débats publics, ni du discours social.Par contre, l’Église catholique et d’autres groupes religieux continuent à en diffuser une image très négative.Du reste, elle est souvent considérée comme une « sous sexualité », pour les personnes incapables de trouver des partenaires, alors qu’on sait très bien que certaines personnes sont simplement autosexuel.les et n’ont ni envie ni besoin d’autre rapport à la sexualité.

Pour finir, une petite statistique : Dans l’enquête NHSLS, en 1992, près de 50 % des personnes qui pratiquent la masturbation disent ressentir de la culpabilité

 

Malheureusement, il m’a été assez difficile de trouver des exemples de sociétés ou la masturbation n’était pas considérée comme sale, mais j’en ai trouvé deux :

Les Agta aux Philippines, ont des cérémonies de rite de passage dont le point culminant est leur première éjaculation, souvent réalisée par un membre plus âgée de leur tribu. La stimulation des parties génitales est encouragée des le plus jeune age, puis à la puberté, on l’associe avec un homme plus âgé appelée « sage ancien » ou « médecin sorcier », qui utilise la masturbation pour construire sa capacité à éjaculer en vue de préparer cette cérémonie.

En Nouvelle Guinée les femmes « Lesu »  se masturbent en s’asseyant sur le sol, et en pliant leur jambe droite pour que leur talon s’appuie contre leur sexe, et elles apprennent cette position dès l’enfance.

Comme c’est mon blog, je vais maintenant vous parler de ma petite expérience :

Pour parler un peu de moi, ( oui vous savez que j’adore ca), j’ai commencée mon autosexualité à l’âge de 13/14 ans, et je l’ai toujours fait depuis, même en couple, même satisfaite,et non je ne culpabilise pas, et non c’est pas tromper… Je me rends compte aussi qu’on a beau entre au XXI ieme siècle, dire tout haut qu’il nous arrive de nous masturber, ca rend les gens fous, et tu te fais traiter de tous les noms, alors que c’est une chose saine, »normale » et pas du tout dégradante ou sale…

Après des siècles de culpabilisation, que ce soit par le corps médical ou religieux, on commence à revenir sur ces stéréotypes biaisés, et malsains.

Aujourd’hui de nombreuses études vont plutôt dire que c’est bon pour la santé :elle permet de diminuer le stress, et c’est un bon moyen de connaître son corps, ce qu’on aime, ce qu’on aime pas, la meilleure façon de se caresser, la meilleure position,…, elle permet de lutter contre le cancer de la prostate, permet aux personnes ayant un pénis de mieux connaitre leur rythme d’éjaculation, elle permet de multiplier le plaisir ( après un rapport un peu moyen, allez hop un petit orgasme clitoridien, histoire de pas rester sur sa faim), et elle peut agir comme un analgésique.

De plus, elle n’a jamais rendu stérile ou sourd, ce sont des croyances infondées scientifiquement, comme des vieux relans du jugement de valeur qui disait que c’était mal, voir un péché

Dans cette dernière partie, j’ai décidée de vous proposer une petite vidéothèque, de personnes parlant de masturbation sur l’Internet mondial, n’hésitez pas à y jeter un oeil.

Evidemment, je n’ai pas parlé de tout, ça aurait été trop long, mais n’hésitez pas à lire le dernier article des sources, qui remonte encore plus loin dans le temps, et montre qu’on se masturbait même à l’Antiquité. Je n’ai pas non plus parler des autres religions et de ce qu’elles pensaient de cette pratique, un peu par flemme il faut l’avouer, mais si vous voulez en savoir rien ne vous empeche de lire les articles proposés ci dessous

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Masturbation

https://www.santemagazine.fr/psycho-sexo/desir-et-plaisir/tous-les-mythes-sur-la-masturbation-265852

http://www.afriquematin.net/la-masturbation-feminine-revelation-ou-tabou/

https://www.tititudorancea.com/z/masturbation_06.htm

L’Islam et la masturbation,ce que dit le Coran

http://www.ecoute-juive.com/questions-reponses/questions-reponses-hypersexualite-masturbation-judaisme.php

 

Publicités

Un commentaire sur “L’autosexualité

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :