Anarchie ou anomie ?

Ouais ! Génial ! Encore un article chiant à mourir !

Mais bon, comme c’est mon blog, je fais ce que je veux…Du coup, dans cet article on va parler de la différence entre anomie et anarchie, deux termes que beaucoup (trop) de gens confondent, et à mon sens, ça dessert la communauté anarchiste…

Je tiens à préciser que si je fais cet article, c’est que j’ai beaucoup de sympathie pour ces mouvements qui veulent créer d’autres façons de vivre, de produire, de vivre ensemble, et qu’à mon petit niveau, je pense qu’il est bienvenu de faire la lumière sur la différence entre ces deux termes. Si je me considère volontiers comme anar’, j’aurais plus de mal à me dire anome…Je vais vous expliquer pourquoi.

En effet, pour le commun des mortels quand on va parler d’anarchisme, les gens vont penser « plus de lois-foutoir total-émeutes-révoltes« , alors que cette vision de la société c’est l’anomie, qu’on peut définir comme suit « désorganisation sociale résultant de l’absence de normes communes par une société« , alors que l’anarchisme  se définit comme suit  « conception politique et sociale qui se fonde sur le rejet de toute tutelle gouvernementale, administrative, religieuse et qui privilégie la liberté et l’initiative individuelles. »

En effet, pour avoir fréquenté un peu des gens qui se revendiquent anar, iels ne sont pas forcément des Black Block, ne veulent pas forcément casser du flic, celleux que j’ai pu rencontré.e.s, militent plutôt pour une vie autogérée, une vie en communauté où chacun.e serait vraiment libre de vivre comme iel l’entend, loin du capitalisme (ou en tout cas le plus loin possible) afin de créer une société plus libertaire et égalitaire, en prenant en compte les autres évidemment.

En gros pour faire simple, c’est plus des éleveurs de chèvres du Larzac qu’autre chose… De plus, l’anarchisme promeut l’idée que ce n’est pas parce qu’il y a absence de structure de pouvoir qu’il y aura forcément désorganisation sociale.

En effet, le propre de l’idéologie anarchiste, ce n’est pas le désordre social, c’est le contraire en fait, soit l’ordre social absolu : pour elleux, « l’ordre naît de la liberté« , grâce à la socialisation des moyens de productions (un peu comme ce que voulait les communistes avant que ça parte en cacahuètes). On retrouve quelques principes fondamentaux : la liberté politique organisée autour du mandatement impératif, c’est à dire « le pouvoir délégué à une organisation ou un individu élu en vue de mener une action définie dans la durée et dans la tâche, selon des modalités précises auxquelles il ne peut déroger  » , l’auto gestion, le fédéralisme libertaire et la démocratie directe. On peut aussi rajouter des valeurs tels que l’égalité homme/femme, la liberté sexuelle,l’éducation libre par la mise en place de cours alternatifs,d’écoles et d’universités libres, et l’écologisme. Il est à ce titre révélateur que le symbole traditionnel de l’anarchie, le A cerclé, représente l’union de l’anarchie et de l’ordre.

L’anarchisme, contrairement à ce que veut nous faire croire les médias et les politiques est donc structurée et organisée.

Lanomie, quant à elle est un concept sociologique, introduit par Émile Durkheim en 1893, utilisée pour décrire « une situation sociale, qui se caractériserait par la perte ou l’effacement des valeurs morales, civiques ou religieuses, et le sentiment d’aliénation et d’irrésolution qui en découle », cette situation étant un terreau fertile pour le suicide d’après lui : en effet selon lui, cet état amènerait les gens à avoir peur et à être insatisfait : on ne sait plus comment borner ses désirs, et  on souffre du mal de l’infini, à cause d’un manque de régulation de la société sur l’individu. Mais ici on parle d’anomie personnel. Le concept a été appliqué a plus large échelle, en tant qu’anomie sociale pour désigner  » des sociétés ou des groupes à l’intérieur d’une société qui souffrent du chaos dû à l’absence de règles de bonne conduite communément admises, implicitement ou explicitement, ou, pire, dû au règne de règles promouvant l’isolement ou même la prédation plutôt que la coopération. »

Robert K.Merton, qui étudiera l’anomie dans les années 30 dira qu’elle résulte d’un décalage entre les objectifs que la société va valoriser et les moyens que les individus ont pour la réaliser.

 

De plus en plus de gens se revendiquant comme « anarchistes » n’utilisent plus ce terme car il leur semble que le mot anarchie soit devenu ambigu et un peu fourre tout, ils utiliseront donc davantage le terme  » acratie« , qui vient du grec « kratos » pouvoir, qui signifie « absence de pouvoir », ou celui de « libertaire »

Après je ne suis pas une spécialiste, je suppose qu’il y a des tas de courants différents d’anarchisme, par exemple, il y a des courants socialistes, individualistes, féministes, chrétiens, écolo’, non violents, queer et même des courants de droite ( comme quoi il faut de tout pour faire un monde)

Mais je pense qu’il serait bon de se renseigner un peu sur l’histoire de l’anarchisme et ces principes avant de crier à l’anarchisme tous les quatre matins…Pour moi, les mots ont un sens, et il est inutile d’agiter celui d’anarchisme pour faire peur aux masses, alors qu’on parle d’anomie.

« On ne le dira jamais assez, l’anarchisme, c’est l’ordre sans le gouvernement ; c’est la paix sans la violence. C’est le contraire précisément de tout ce qu’on lui reproche, soit par ignorance, soit par mauvaise foi. »- Hem Day

 

Sources :

Définition du Larousse d’anomie

Définition du Larousse d’anarchisme

Article Wikipédia sur l’anarchisme

Article Wikipédia sur le mandat impératif

Article Wikipédia sur l’anomie

Article de blog présentant l’anomie selon Merton

 


http://www.theyliewedie.org/ : portail sur l’anarchisme où on peut trouver plein de ressources chouettes, comme un annuaire,une bibliothèque  d’images, de vidéos et d’écrits sur le sujet,…

Publicités

3 réflexions sur “Anarchie ou anomie ?

  1. Ping : Anarchie ou anomie ? — A flower on a mohawk – La santé sous toutes ses formes

  2. Une citation bien connue (?) qui va bien dans le sens de votre article:
    « L’anarchie, c’est l’ordre sans le pouvoir » Proudhon
    Enfin, certains spécialistes de nos jours peaufineront en disant « sans le pouvoir séparé de la population » ou « sans pouvoir coercitif »… Bien loin en tout cas des clichés habituels qui ont fini malheureusement (et comme par hasard) par synonymiser dans le langage courant l’expression « c’est l’anarchisme » avec « c’est le bordel » !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s