A l’aube de mes 23 printemps…

Pour moi, vieillir est une chose terrifiante, je dois avoir le syndrome de Madonna, mais en tout cas, c’est hyper difficile pour moi de me dire que fin novembre je vais avoir 23 ans… J’ai l’impression que j’avais 18 ans hier encore, et je me sens pas avoir 23 ans…

Vous me direz que c’est très peu, ou que je suis déja vielle ( ça dépendra de votre age), mais moi tout ce que ça m’inspire, c’est de la peur…Je trouve que ma jeunesse m’échappe à grand pas, et ça m’inquiete….Néanmoins, je ressens moins de peur que j’ai pu en ressentir lors de mon 22ième anniversaire : je venais de quitter le cocon maternel, et lorsque j’habitais encore chez elle, j’avais vraiment l’impression de passer à coté de ma vie.

Ma relation avec ma mère a également beaucoup évolué : même si c’est toujours difficile de lui dire les choses, elle ne dit plus rien, ni de mes changements capillaires, ni de mes piercings, de la façon dont je m’habille, de mes choix de vie, etc…

 

 

Aujourd’hui, ca va, j’habite avec mon amoureux, c’est pas rose tous les jours, mais on s’aime, donc ça va.J’ai fait le choix de ne pas reprendre mes études en septembre, car je ne m’estimais pas prête à me lancer dans une formation qui ne me plaisait plus. Et j’ai envie de prendre du temps pour savoir réellement ce que je veux faire.

Jusqu’a janvier, j’ai un emploi formidable dans une petite association grenobloise Anagramme, et je me sens comme un poisson dans l’eau, j’apprends plein de choses, tout le monde est bienveillant avec moi, et surtout j’ai soif d’apprendre…Le milieu associatif est vraiment un milieu qui me plait, ou je me sens à l’aise, et c’est vraiment plaisant de se lever le matin, en ayant envie de travailler.

Je me suis payée mon second tatouage, un peu sur un coup de tete, mais je ne le regrette pas, je l’aime même beaucoup…A chaque fois que je me fais encrée, ça me fait un bien fou, et ça rehausse la confiance que j’ai en moi : je me sens plus jolie, plus agréable à regarder.

Quand je regarde le chemin que j’ai parcouru en un an, ça me donne un peu le tournis : j’ai perdue ma grand mère, j’ai arrêté mes études, j’ai galéré trois mois à trouver un travail, j’ai trouvé un service civique génial, et je vais bientôt déménager. Niveau photos, après une période un peu de latence, j’enchaîne les projets, et que ça fait du bien.

Du point de vue projets,j’ai commencée à faire des recherches sur ce que je voulais faire, et o surprise, je pense me réorienter dans le secteur de la communication, au sens large, pour le moment plusieurs masters m’intéresse, je pense recouper avec mon bilan de compétences fait il y a quelques mois pour repartir du bon pied.

J’ai aussi envie de me remettre à écrire, autre chose que ce blog, me mettre à la photo sérieusement, en tant que photographe,également voyager peut etre.

J’ai parfois un peu l’impression de rattraper le temps perdu, et de vivre un genre de deuxième adolescence, et c’est assez agréable finalement !

J’aimerais reprendre le sport, et des cours de dessin et/ou de chant… Je sais que j’ai beaucoup de choses à dire, et j’ai pas encore vraiment trouver le domaine dans lequel j’excellerais pour le faire, donc je tatonne…

 

Le seul volet qui m’inquiete c’est de devoir recommencer à chercher un emploi pour janvier, et j’ai peur de me retrouver dans une période creuse, ou j’aurais du mal à joindre les deux bouts… Mais étant encore en activité, c’est difficille de chercher du travail pour dans plusieurs mois…

Mais j’ai confiance en ma bonne étoile, même si je dois avoir un taf pourri pendant quelques mois, je serrerais les dents et ça ira.

Je suis prête pour une 23 ième année encore plus riche en nouvelles expériences, en nouvelles rencontres que la précédente.

Publicités

Une réflexion sur “A l’aube de mes 23 printemps…

  1. Plein de pistes s’ouvrent à toi, j’espère que tu pourras explorer tout ce que tu veux 🙂 j’ai eu 25 ans en juin, et je me suis fait une petite crise de panique de vieillissement aha, surtout que ça correspondait exactement au moment où j’ai appris que ça y est j’avais une thèse, un job pour cinq ans… Premier vrai salaire de ma vie, première fois que j’ai un « vrai » job. C’est à la fois un soulagement et un gros coup de vieux, beaucoup d’enthousiasme mais aussi la peur de ne pas pouvoir assez me consacrer à d’autres trucs à côté (ça faisait deux ans que je faisais des petits boulots avec beaucoup de temps libre^^).

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s