La pornographie #2

Si vous avez manqué le premier épisode c’est par ici !

Aujourd’hui je suis allé avec mon amoureux dans une librairie de ma ville, et apres y avoir acheté un cadeau pour mon frere, j’ai aussi achetée Les joies du Sex toy et autres pratiques sexuelles, d’Erika Moen et Matthew Nolan… C’est un genre de guide qui présente plein d’aspects de la sexualité : la masturbation, les rapports,comment bien se protéger, le bondage, le BDSM,…Et aussi de contraception, et de protections hygiéniques !

Et ça m’a du coup donné envie de m’intéresser à ces sujets d’encore plus près, car c’est un nid de références, et je trouve ça génial, j’avais besoin de références dans la sexualité positive… Je vous conseille donc de vous le procurer sans plus tarder !

Du coup, dans celui là je m’intéresserais à des agences de productions dont iels parlent dans le livre, pour vous les faire découvrir, mais aussi d’un collectif qui fait du BDSM! ( vous connaissez mon interet pour cette pratique)

Dans un premier temps, je vais vous parler des auteurs de la bande dessinée…

Commençons par Erika Moen : c’est une illustratrice professionnelle américaine, qui travaille sur le projet Oh Joy Sex Toy, un projet de vulgarisation, d’éducation, de sensibilisation à la sexualité dans tout son arc en ciel de possibles, Bucko, une bande dessinée ou on suit les aventures de Bucko, qui pendant un entretien d’embauche doit absolument aller aux toilettes pour cause de diarrhée aigu, et trouve un cadavre sanguinolent… Ou encore DAR, un projet autobiographique, l’histoire d’une jeune lesbienne qui tombe amoureuse d’un homme….

Matthew Nolan est le mari d’Erika, et sur le projet il coécrit, coédite et parfois colorise, et gère surtout la partie « business »

Dans un deuxième temps, j’aimerais vous parler du Crash Pad Series,un site porno, crée par la société Pink and White  Productions qui donne une belle place à tous types de corps, de sexualités, de genres, de pilosités, d’origines,  et de pratiques, et c’est ça que je trouve formidable : on est assez loin du porno formaté, avec des corps parfaits, des bites énormes et des chattes lisses! Le concept est assez simple : un appartement secret à San Francisco où seul quelques privilégié.e.s sont invité.e.s à rentrer après avoir obtenu une clé dorée…Autre point positif, d’après Erika, les scènes ont l’air vraies, les acteur.trice.s ne s’empêchent pas d’éclater de rire si bon leur semble, et ne prennent pas de position étranges pour être plus belles.eau.x…Et enfin, les acteur.trice.s se protègent  dans toutes les scènes, et ceci est très important.

Point moins positif, il faut s’abonner pour visionner les vidéos, autour de 25 euros par mois…Tout le monde n’a pas les moyens, mais si vous souhaitez avoir accès à du contenu de qualité, au lieu de regarder toujours les mêmes corps, les mêmes studios de prod’ avec la même vision de la sexualité, dénigrante pour les femmes, et tout ce qui n’est pas cis blanc et valide, je vous le conseille vivement!

En feuilletant le livre, j’ai découvert Jizz Lee qui travaille pour PinkLabel.tv, qui est une plateforme crée en 2013 par Shine Louise Houston de la société Pink and White productions, pour donner un espace à des créateur.trice.s émergent.e.s et indépendant.e.s de films pour adultes.

Du coup, dans le livre iels ne parlaient que de Crash Pad Series, mais PinkLabel TV est faite par la même boite de prod, du coup je vais vous en toucher un mot… 

Son but est d’utiliser la plateforme de son entreprise afin d’aider de nouvelles.aux producteur.trice.s  en leur offrant des ressources qui pourront aider leurs films à trouver leur audience,leur donner accès à des studios, et à des ressources de santé sexuelle,

Les nouvelles têtes dans l’industrie du X doivent souvent faire face à de nombreux problèmes pour diffuser leurs productions en ligne : beaucoup ne savent pas comment créer un environnement confortable pour leurs équipes, et  ne connaissent rien aux rouages de la production de porno.Cet espace leur permet de trouver des ressources, avec des New letters, des Crash courses et des articles.Une fois le film produit, c’est aussi compliqué de  créer un site web, ou de mettre des vidéos en ligne sur des sites ou en VOD car beaucoup n’acceptent pas les films expérimentaux, demandent une exclusivité ou censureront les pratiques sexuelles hors ce qui est autorisé en hétéro.De plus les sites pornos tradis, ont tendance à utiliser des catégories dont le langage est inapproprié pour les personnes racisées ou les personnes trans.

Le site Le Tag Parfait vous donne un éventail plus exhaustif de ce qui se fait de meilleur dans le porno queer, alors n’hésitez pas à y jeter un oeil ici

En parcourant l’article, la maison de prod Fox house films a retenu mon attention : en effet c’est une maison de productions crée en 2014. Leur volonté est de briser le moule dans lequel le porno mainstream s’est enfoncé, en ouvrant de nouvelles possibilités, et en offrant une représentations étonnantes du sexe et de la sexualité. En effet, iels mettent un point d’honneur à choisir des gens qui aiment vraiment le sexe hardcore, et le BDSM, et s’intéressent à l’authenticité et à l’intimité dans le sens le plus large du terme, basé sur des individus plutôt que des catégories

Leur volonté de choisir les termes polysexuel.le et multigenre pour décrire leurs performers venait d’une volonté de les décrire comme un collectif : polysexuel.le plutot que pansexuel.le car iels ont compris que l’attraction sexuelle de leurs performers peut varier au cours du temps, et qu’iels ne peuvent pas être attirés par tout le monde tout le temps.Mais la fluidité et l’inclusion leur sont des caractéristiques clés : dans leurs films vous trouverez des personnes cis, des personnes trans, et des personnes non binaires, dans tout ce que ce terme peut impliquer comme identité de genre.


Sitographie : 


Pink LabelTV

Crash Pad Series 

Site d’Erika Moen

Foxhouse Films

Publicités

Une réflexion sur “La pornographie #2

  1. Je m’intéresse à la sexualité dans un but thérapeutique et ton article est très intéressant. Nous vivons une culture dans laquelle la femme est diabolique si elle est attirante pour l’homme (bref, le sexe, c’est sale).
    Problème 😑 car ces idées créent de nombreux troubles et déviances. Je vais visiter tout ça. A bientôt.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s