Flavia Coelho

J’ai eu envie d’écrire sur cette chanteuse que je connais mal en la réentendant en buvant un verre avec mon partenaire et un copain.J’étais allée la voir en concert lors de la fête de l’Humanité 2013, ou elle avait présentée son disques de remixes. J’avais trouvée son univers très coloré, et très intéressant, sa voix chaude,douce et intéressante…Et quand je l’ai réentendu dans ce bar, ça m’a paru comme une évidence, je devais écrire sur elle.

En 2010, elle chantera avec Lucilla Galeazzi, la chanson Amore di Carta du pré générique de fin du film De vrais mensonges. Puis en 2011, elle remporte la cinquième édition  du tremplin Génération Réservoir. Le label Discograph lui offre un contrat et édite son premier album Bossa Muffin

En 2012, Bossa Muffin est réédité avec quatre nouvelles chansons, elle se produira sur divers festivals : Porto Latino,le festival de Bugueles, le Festival aux champs, le festival des Nuits européennes,le festival du Bout du Monde, ou Guitare en scène, puis se produire à la Cigale en novembre

Je l’ai découvert lorsqu’elle a sortie une réédition de son album,en le remixant en 2013, sur la scène de la fête de l’Humanité, et ça a été un de mes meilleurs concerts…J’étais allé la voir un peu au hasard, parce qu’on était seul.e.s avec mon frère, et je me souviens avoir sauté partout et dansé comme jamais! Je me souviens encore qu’elle avait lancé des étoiles dorées avec une machine, et j’avais gardée l’une d’elle très longtemps.

Son deuxième album Mundo Meu sort pendant l’été 2014, elle repart en tournée et se produit notamment au Reggae Sun Ska Festival.

En 2016, son troisieme album Sonho real sort, qui contient notamment Paraiso

 

Sur ses engagements, je n’ai pas découvert grand chose, simplement qu’elle pense qu’aujourd’hui vivre de sa passion à l’heure du tout compétitif est une grande chance, et que sa mère a maquillé et coiffé la première génération de personnes travesties au Brésil…  Mais elle sait d’ou elle vient : des quartiers populaires de Rio de Janeiro, et rend hommage à son passé, et à sa culture à travers sa musique, tout en y ajoutant un brin de modernité, par ses sonorités électro, reggae dub ou ragga.

Comme je ne comprends pas le brésilien, je ne sais pas si sa musique contient des quelconques revendications, mais j’imagine que si elle est passé à la fête de l’Humanité, elle doit porter des idées humanistes. Sa musique est un plaisir pour les oreilles, et c’est déja ça ! 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s