Kery James

C’est après être allé le voir en concert le 23 novembre dernier à Caluire et Cuire (69), que j’ai décidé de vous présenter ce grand artiste.J’écoute sa musique depuis le lycée, j’ai commencée en même temps que Keny Arkana, à l’époque ou j’étais en recherche de rap conscient.

Mais laissez moi vous parler de son histoire, Kery James, alias Alix Mathurin est né le 28 décembre 1977, en Guadeloupe, de parents haitiens. Il passera sept ans sur l’ile avec sa mère, avant que son père ne décide de l’envoyer lui et sa soeur en métropole, car il pensait qu’elle offrait plus d’opportunités d’avenir.

Après quelques temps en pension, leur mère les récupèrent, et les emmène dans un appartement constitué d’une seule pièce de 30m2 dans un pavillon d’Orly. Alix s’adapte mal à leur nouvelle vie, et commence à fréquenter la rue, et découvre le hip hop

Le hip hop prend vite une place importante dans sa vie : à onze ans, il présente son premier texte au rappeur Manu Key, qui l’encourage à continuer. Il se fait remarquer d’MC Solaar lors d’un atelier d’écriture à la MJC d’Orly.

En 1991, il lui fait enregistrer un titre Ragga Jam sur son album Qui sème le vent récolte la tempête

A l’âge de 13 ans, il fonde Ideal Junior avec trois de ses amis : Harry, et deux danseurs Teddy et Semim, qui officieront en tant que Jessy Money, Teddy Corona et Selim du Ç’ dans le collectif Mafia K’1 Fry).Dès 1991, ils montent sur scène pour de petits festivals organisés par la mairie, et publie un maxi en 1992 La vie est brutale, dans lequel Kery parle de ghetto, de racisme et d’injustice.

 

 

En 1993, Jessy Moeny et Selim du 94 quittent le groupe, et ils connaissent des problèmes : ils se fâchent avec leur producteur, ce qui fait que la sortie de leur premier album est bloqué pendant 3 ans. Le groupe se renomme Ideal J, et sort Original MC sur une nouvelle mission en 1996, mais c’est grâce à l’album  Le combat continue et le titre Hardcore, sorti en 1998, qu’ils connaissent le succès.

 

A la suite de la mort de ses amis, Las Montana, il décide d’abandonner la musique et de se convertir à l’islam, il prend le prénom d’Ali.

Mais ses proches le convainquent de ne pas arrêter le rap, il revient avec un message complètement différent : les textes de son premier album Si c’était à refaire, sorti en octobre 2001 sont librement inspirées par sa pratique et son étude de la religion musulmane. Il avouera qu’il aime être en contre courant des idées véhiculées par le rap français, très a charge vis à vis d’un État responsable de la situation dans les ZUP :

« Le courant majoritaire consiste à n’accuser que l’État uniquement, sans jamais se remettre en question. Moi, je vais à contre-courant. »

Sur cet album, il collabore avec Les Nubians et Salif Keita, les textes se mélangent avec des influences musicales africaines, arabes et cubaines. Il y chante ses racines haitiennes, mais aussi les problèmes de société comme l’argent, la violence et les valeurs morales.En effet, il semble avoir changé, et ses paroles le transmettent : la violence prônée par Ideal J fait place à une réflexion et un message plus élaboré.

Malgré le succès de l’opus, sa maison de disques le laisse tomber, car ils ne sont pas d’accord avec ses choix et ses prises de positions.

Il apparaît dans le DVD Si tu roules avec la Mafia K’1 Fry, en 2003, dans lequel il témoigne, et réalise un projet Savoir et vivre ensemble, pour lequel il rassemble rappeurs, chanteurs et sportifs, qui prône l’unité dans la société d’après le 11 septembre 2001

En 2005, il se marie avec Ayna, avec qui il a une fille en 2010. La même année, apres sa participation à la compilation Illicite projet, avec le titre Je ne crois plus en l’illicite, publie son deuxieme album Ma vérité.

Il y prend position contre la guerre en Irak, et la télé-réalité, et cherche surtout à rétablir l’image qu’il a de sa religion, après les vagues d’attentats se réclamant de courants musulmans.

Une partie des bénéfices permet de construire des lieux dans lesquels sera dispensé un enseignement religieux sans extrémisme, ou encore à des organisme comme Combattre et Vivre son handicap.Malgré cela, l’album est un échec commercial, ce qui le déçoit, et lui donne envie d’arreter la musique.

 

En 2007, il crée l’association ACES ( Apprendre, Comprendre, Entreprendre, Servir), qui propose du soutien scolaire aux jeunes défavorisés. Concernant son engagement politique, il se sent plus comme un partisan de gauche, sans toute fois adhéré à un parti. Lorsqu’il participe à la fête de l’Humanité en 2008, il déclarera

« Très sincèrement, ma venue ne témoigne pas d’un engagement politique concret aux côtés de la gauche. Mais il est évident que si cela avait été un festival organisé par le gouvernement en place, je n’y serais pas allé. J’ai ma manière de faire des choses pour que cela avance concrètement, à travers ma musique et ce que je fais dans la vie de tous les jours. C’est aussi politique »

Alors qu’il a quitté la Mafia K’1 Fry, tout en participant au morceau Nuage de fumée Part II sur l’album La Cerise sur le ghetto, il revient et participe à l’album Jusqu’à la mort.

Alors qu’il a envie de quitter la scène, il travaille sur son troisième album A l’ombre du showbusiness, qui sort au printemps 2008. Il sera hissé à la troisième place des classements des sa sortie, grâce notamment aux titres Le combat continue Part III, A l’ombre du show business ( en duo avec Charles Aznavour) et Banlieusards. , qui restera un morceau phare, car il montre son engagement envers les jeunes des quartiers populaires, surtout avec le célèbre punchline : « On est pas condamnés à l’échec »

L’album est disque de platine, mais ne suscite pas que des critiques positives.

Il sort en octobre le titre X et Y, réalisé par Mathieu Kassovitz

 

En 2009, un an après A l’ombre du show business, il publie son quatrième album Réel, qui contient les titres Le retour du rap francais, Je représente, Lettre à mon public, et Le prix de la vérité, en duo avec Médine. Il devient disque de platine en un mois.Dans cet album, il publie le morceau Lettre à mon public, où il annonce une pause de deux ou trois ans.

Il est aussi très engagé en faveur de la Palestine : apres un voyage en Palestine, il écrira Avec le coeur et la raison, et participera bénévolement à un concert fetant l’anniversaire de la libération du franco palestinien Salah Hamouri.

Le 18 décembre 2009, il donne un concert au Zénith de Paris avec de nombreux invités, comme Diam’s, Kool Shen, Tunisiano, Oxmo Puccinon Youssoupha, le dernier avant de se retirer pour une longue période.

 

Il annonce en juin 2009, qu’il quitte la France et la scène du rap français
« Dans ma vie, il y a des choses plus importantes que ma carrière : la spiritualité, par exemple […]. Je vais m’absenter deux ou trois ans à l’étranger pour, ensuite, revenir mais je ne sais pas encore sous quelle forme artistique. Je pense aller au Moyen-Orient »,

Pendant cette absence, il crée le groupe Espoirs pour Haiti, à la suite du séisme survenu en Haiti, et organise un concert piano/voix au Bataclan le 14 février 2010, dont les bénéfices sont entièrement reversé à la population haitienne.

Son retour est annoncé le 20 janvier 2012, par un teaser vidéo 92.2012, et une collaboration avec Youssoupha sur la chanson La vie est belle. Deux mois plus tard, il publie Lettre à la république, qui est vu plus de 18 millions de fois sur Youtube. En avril, un CD/DVD nommé 92.2012, sort pour retracer les 20 ans de carriere de Kery. 

En septembre 2013, il chante Banlieusards aux Jeux de la Francophonie à Nice.Sa performance sera décrite par Eric Ciotti et Christian Estrosi comme « scandaleuse et inappropirée, incitant à la révolte des banlieues »

En janvier 2016, il sort le single Vivre ou mourir ensemble, écrit après les attentats de 2015, ou il dénonce la bêtise humaine et les problèmes de la société française. Puis il sort Racailles, extrait de son album Mouhammed Alix, qui traite de l’hypocrisie gouvernementale, puis Musique Nègre, écrit en réaction aux propos d’Henri de Lesquin, qui veut interdire la musique nègre sur les ondes françaises.

 

En janvier 2017, il écrire une pièce de théâtre nommé A vif, qui est une joute verbale entre deux avocats, l’un joué par Kery James, et l’autre par Yannick Landrein, qui s’opposent sur la responsabilité de la situation des banlieues.

 

En 2018, il sort son nouvel album J’rap encore, dont sont extraits J’rap encore, PDM et Amal

Une chanson écrite en réaction aux propos de Trump, qui souhaitaient voir les immigrés de pays de merde comme Haiti partir de son pays
Cette chanson est un hommage à Amal Bentousi, dont le frère a été tué par un policier d’ une balle dans le dos.

Même si j’aime beaucoup ses textes percutants, sa façon de rapper, il n’en reste pas moins un rappeur, qui se dit choqué par l’homosexualité, et utilise des insultes putophobes dans ces chansons, comme dans Hardcore… Évidemment, c’est bien moins présent que chez certains de ses confrères : je ne m’en étais pas rendu compte avant de le voir en concert, du coup j’imagine qu’on peut faire abstraction de ses quelques termes…

Sources :

Page Wikipédia

Site officiel

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Kery James

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s