Awen

Je suis cette adorable personne depuis quelques temps, je l’ai découverte grâce à mon frère, et depuis je suis avec intérêt ses posts, ses vidéos et ses écrits…J’aime son coté lumineux, et le fait qu’il soit nomade, ainsi que sa grande liberté.

Un peu sur un coup de tête, je lui ai proposé de l’interviewer et il a tout de suite accepté ! Vous n’imaginez pas ma joie !

Il m’a demandé de préciser que toutes ses réponses proviennent de SA perception de la vie, et qu’elle n’engage que lui !

Quelle signification a pour toi chacun de tes noms ?

Hahaha ! Je ne les ai pas tous en tête, on m’a jamais posé la question…

Pour Ajna, qui est le nom du chakra du troisième œil, j’étais dans un bus, je ne sais plus trop où j’allais et ce nom a vibré en moi.

Je trouvais qu’il m’allait bien., et puis je l’ai en tatouage sur le front et si j’ai fait ce tatouage, c’est parce je me visualisais avec celui la. Quand je me voyais dans mon moi futur, je m’imaginais avec un losange bleu sur le crâne, et du coup, Ajna, c’est un peu mon sur-être, mon moi futur avec des longues dreads bleues et ce tatouage là. Je l’imagine un peu en mode “corps nu au milieu de la galaxie”, ça m’arrive souvent de voir cette image là…

“P.A.A.I.”,  ça veut dire “Pute Annale Astrale Internationale”, et c’est un délire avec un pote, du coup j’étais obligé de le marquer.

“Sirènarbre”, en gros, c’est un peu pareil. c’est mon coté sirène et mon coté arbre, parce que je m’étais appelé Petit Arbre avant…

Petit Arbre c’était mon pseudo de l’époque. C’est une histoire assez ouf en fait : mon prénom de base c’est Awen et ça veut dire « inspiration poétique ». Ma mère a un petit livre qui s’appelle “Awen ou le faiseur de lumière”.

J’avais complètement oublié ce livre et j’ai grandi en devenant celui qui apporte de la lumière. Ou en tout cas, beaucoup des personnes que je croisais me percevaient comme cela.

Et à cette époque là, j’étais un peu “petit arbre”, donc ça m’allait bien.

Et c’est rigolo,  car quand j’ai retrouvé ce livre là, un peu plus tard, il y avait sur la couverture… un petit arbre.

Quand j’ai vu ça j’ai fait “whaouh hyper puissant. Cette synchronicité de malade !” Enfin bref, truc de fou.

Osmose, c’est mon nom de fée. Si tu lis mon journal un jour au chapitre 70, je rencontre une communauté qui est en fait ma nouvelle famille et on a des noms de fées. Les fées radicales…

Au début, je pensais que l’osmose, ça voulait dire la symbiose, la fusion harmonieuse et vu que je suis très empathique… je me suis dit que c’était parfait. Après j’ai appris que l’osmose c’était pas ça, c’était quand t’avais deux solutions, séparé par une couche semi-perméable, et que si l’une des partie était plus salé que l’autre, le sel se deplaçait, traversant cette couche, pour égaliser le taux de sel des parties.

Dans mon empathie, je trouve que c’est vachement ça : comme je ressens l’émotion des gens, j’ai vraiment l’impression qu’il y a ses déplacements de « sels » émotionnels. C’est très joli dit comme ça. Donc je trouve que “Osmose”, ça me va bien pour le moment.

Je dis “pour le moment”, car les noms de fée peuvent changer, suivant l’évolution de celui qui le porte. Mon empathie est ce qui me définit aujourd’hui. Ou ce par quoi je me définis, plutôt. Un de mes plus gros travaux dans cette vie, c’est d’apprendre que je ne suis pas seulement mes émotions. Quand j’aurais atteint cette objectif, je pense que mon nom changera.

“Osmose”, c’est un nom qui illustre aussi ce travail là. “Osmose”, c’est aussi un nom qui symbolise un objectif intérieur.

Même question avec le nom de ta chaîne YouTube Sirènarbre ?(que je trouve géniale au passage)

J’ai choisi Sirènarbre parce qu’il fallait bien en choisir un, et que c’est lui qui est venu sur le moment. Et merci de la trouver géniale au passage ! Il n’y a pas beaucoup de budget, la forme est vraiment hyper naturelle et pas très jolie, mais le fond est intéressant je trouve. Après, ça marche pas trop parce que les gens s’en battent les couilles et/ou les ovaires mais voila ! (pas d’sexisme entre nous chériE)

Quelle vision de la vie as tu ?

Pour moi la vie c’est « on s’est incarné dans une existence et on a chacunE des choses à faire et des choses à apprendre : on s’incarne dans une vie, qu’on choisit, ou pas,  ça je ne sais pas »

Beaucoup pensent qu’on choisit nos parents, d’autres pas, au final j’en sais rien…Mais je pense que tout a un sens et que tout est lié.

Par exemple, je considère que j’ai choisi ma famille (ou que je l’ai pas choisi d’ailleurs, peu importe) et que je suis arrivé la parce qu’iels avaient une histoire qui allait les amener à avoir une certaine éducation envers moi, ce qui allait m’amener a un point dans ma vie pour travailler ce que je dois travailler en tant qu’âme.

C’est cela, ma vision de la vie. Des causes et des conséquences, qui s’étale du début de l’existence de Tout, jusqu’à là fin.

C’est comme toutes les personnes que tu croises dans ta vie : il y a ces personnes que tu rencontres, et où tu sens quelque chose. Tu sens que tu l’as déjà croisé par exemple, et au final, parfois, tu as un karma à régler avec elle. Ou alors, que tu rencontres une personne avec laquelle tu rencontres des difficultés et avec qui il faut que tu les dépasses.

Je me dit souvent “c’est pour ça que j’ai rencontré cette personne”, et du coup j’ai l’impression que tout est lié, tout est prévu, en laissant un libre arbitre ou pas, mais ça c’est très compliqué, je me suis pas encore retrouvé dans tout ça.

“Libre arbitre”   et   “Destinée”

Je pense que c’est un peu des deux : t’as des choix à faire, et t’as des choses à travailler, des gens que tu vas rencontrer ou des personnes que tu vas croiser…Je pense qu’il y a des réalités parallèles où tu fais d’autres choix, et du coup tu arrives à un autre endroit…

Du coup je vois la vie, comme une dimension spirituelle, émotionnelle et matérielle, en tout cas, une dimension physique dans laquelle on est, où tu te déplaces et où tu évolues pour grandir et évoluer…

Et pour la mort, soit tu te réincarnes si tu as encore des choses à apprendre, soit tu t’incarnes dans d’autres dimensions où tu auras  des choses à apprendre, qui seront différentes.

Quelle vision de la sexualité défend tu ?

Ma vision de la sexualité, je sais pas si je la “défend” à proprement parler. Mais j’ai ma vision. Et mon histoire.

Pour moi, si on parle d’orientation sexuelle, je pense qu’elle est conditionnée, c’est à dire que pour moi on ne naît pas gay, hétéro ou quoique ce soit, on ne naît pas avec une orientation sexuelle spécifique puisqu’on est des bébés et qu’on a pas encore accès à cette énergie la.

Pour ma part, je considère qu’on m’a montré une image de l’homme et de la femme, qu’on y a associé des symboles et des énergies, et qu’étant attiré par les symboles qu’on a associé à l’homme, j’ai construit une attirance vers l’homme cis…

Pour moi, tout ça c’est du conditionnement. Quand tu es enfant, tu n’as pas la capacité d’analyser les premières choses qu’on t’apprend. Ou alors, tu l’analyse avec les moyens du bord. Par exemple, unE enfant peut remarquer que quand iel fait une action, iel obtient un résultat. Si ielle veut ce résultat de nouveau, et utilisera la même action. Puis elle construira tout cela en ayant différent résultats etc.

Mais quand tu apprend à unE enfant que “La femme est sensible” et que “l’homme est protecteur”, il le reçoit comme une info. Un fait. Une vérité. Il n’a pas, à cette époque, les connaissances pour analyser et décortiquer ce genre d’informations.

L’éducation aujourd’hui, c’est beaucoup “imposer inconsciemment nos perceptions de la vérité”. Et c’est d’ailleurs parce que ce genre de communications existent depuis notre arrivée dans la vie, que “se remettre en question” n’est pas une capacité naturelle pour l’humainE aujourd’hui.

Pour revenir à ma sexualité, aujourd’hui, je me dis que j’ai envie d’être attirée par une âme, une énergie. Pas parce ce qu’elle a entre les jambes, ni par son genre, ni par sa couleur…

D’ailleurs ça se passe pas comme ça, quand tu vois une personne qui te plait, qui te transcende la gueule et le cœur c’st pas parce qu’elle a quelque chose entre ses jambes, pas parce qu’elle de cette couleur, c’est parce ce qu’elle dégage te touche profondément…

Je me suis longtemps dit gay et aujourd’hui je ne me dis plus gay parce que je ne considère plus l’être, même si je n’ai pour l’instant couché qu’avec des mecs cis…

Je sens actuellement, et c’est très récent, que je suis en train de faire des pas dans ce truc là, dans cette exploration la, et j’en suis très content, parce que je pense que c’est vraiment un truc qu’il me faut.

Il y a deux semaines, j’ai écris une des lettres les plus importantes de ma vie à un mec trans et c’était vraiment ouf de sentir ça et de faire ça.

Je pense qu’on est naturellement pansexuelLEs en fait, mais qu’on est conditionnéEs à rentrer dans des cases…Après, tu parles de sexualité dans ta question, et pas d’orientations sexuelles, donc c’est beaucoup plus large…

Je pense qu’elle peut être vécue de pleins de manières différentes, par chacunE, selon la relation qu’on a avec elle…Moi dans l’absolu, j’aimerais que ma sexualité soit quelque chose de sacré, ce qui ne veut pas dire que je la partage pas, au passage.

Que ce soit un moment où l’on puisse exister en fait, car pour moi la sexualité dans son apogée, c’est juste exister très très fort avec quelqu’unE et en quelqu’un pour ne former plus qu’une seule entité, et c’est la beauté de l’existence pure. L’existence par le plaisir, par l’amour.

C’est vraiment beau. Mais je n’en suis pas encore à ce stade, et j’ai beaucoup de choses à régler avec ma sexualité, parce que je pense que j’ai été violé dans une vie antérieure, mais là, on arrive dans les trucs chocs…

Mais je sais que mon corps porte la croyance d’avoir été violée dans une autre vie….et je pense avoir du mal avec ma sexualité quand il y a des énergies romantiques dedans. Si tu veux en savoir plus, je t’invite à aller lire mon journal. J’ai développé cela dans le tome 3 et j’ai la flemme de l’écrire de nouveau ici.

Quelle vision de la nudité défend tu ? A-t’elle évoluée au cours du temps ?

Je pense que la nudité devrait être libre. En fait, je pense qu’être à poil, ça devrait pas être choquant.

Le fait qu’on soit choquéEs par des corps nus, l’atteinte à la pudeur tout ça tout ça, c’est encore quelque chose qui est construit pour moi.

On pourrait très bien être choqués par un ananas, si nous avions étéE conditionnées dans ce sens.

Tout le rapport de choc qu’on a avec les choses, c’est parce qu’on nous l’a appris et parce qu’on a construit notre rapport autour de ça.

Donc je pense que la nudité devrait être libre…Ça veut pas dire que même moi, je suis pas gêné quand je vois quelqu’un de nu, mais, je prends conscience que c’est parce qu’on m’a appris que c’était quelque chose de choquant, et que je pense aujourd’hui, c’est une de ces choses que je dois déconstruire.

Pour moi, être a poil, y a pas de problèmes.

Pour le moment dans ma vie, cela dépend du milieu dans lequel je me trouve : quand je vais à la plage par exemple, je préfère carrément être à poil ! C’est beaucoup plus orgasmique quand tu es dans la mer ! Se sentir complètement naturel avec ton propre corps. et avec l’environnement qui t’entoure, quel plaisir existentiel !

Mais voir quelqu’unE coucher avec une autre personne à coté de moi, aujourd’hui, ça me gêne. Je pense que c’est lié à ces croyances de viol. Pour comprendre mieux, de nouveau, je t’inviterais à aller lire mon journal, car c’est vraiment bien précisé…

Donc pour moi la nudité c’est quelque chose de beau, de naturel, d’organique et qui doit être célébrée.

Après, encore une fois, on a toutes une vision différente, et cela se respecte. Notre rapport avec la nudité, avec la sexualité, et avec soi même, est aujourd’hui une chose que l’on définit comme privée.

Mais penser que “l’intimité et quelque chose de privée”, ne serait-ce pas le résultat d’un conditionnement ? Je te laisse y méditer.

 

Si tu pouvais revenir 5 ans en arrière, 10 ans, et 15 ans en arrière, que dirais tu à tes “Toi” passés ?

J’adore cette question…Je leur dirais tout ce que je sais maintenant. Pourquoi j’ai eu ses réactions là, pourquoi j’aimais pas l’humain à cette époque là.

J’étais un ado du genre « j’ai envie de mourir », et j’ai encore une partie de ça qui reste en moi, donc je pourrais pas non plus tout régler.

Au final, peut-être que je leur dirais rien de spécial. Car après tout, si je n’avais pas vécu tout ce que j’ai vécu, si je n’avais pas ressenti tout ce que j’ai ressenti, je n’en serais pas là aujourd’hui.

Je crois que je leur ferais un gros câlin et je leur dirais :

“ça va aller. Tout ce que tu endure, ça va aller. Plus tard, tu vas devenir une personne tellement lumineuse, tu verras.

Enfin tu passeras par une étape très lumineuse, et des choses sombres feront surface de temps en temps.

Mais en tout cas, tu seras conscient de ce qui se passe dans ton corps, et conscient qu’il y a des choses dont tu n’es pas conscient, et tu trouveras un épanouissement parce que tu as trouvé la confiance en la vie.”

J’ai complètement confiance en la vie aujourd’hui, et c’est ce qui ça me permet d’avancer sereinement, même dans des périodes de profondes détresses.

As-tu des remords ou des regrets sur des choses que tu aimerais faire ou que tu aurais aimé faire différemment ?

Non, j’ai clairement aucun remords, aucun regrets. Jamais. Et je n’en aurais pas.

Tout ce que j’ai vécu, même si ce sont des choses désagréables, m’ont amené à être qui je suis aujourd’hui. Je pense que ce sont des cadeaux et je les aime de tout mon cœur. Et ce principe fait parti de moi aujourd’hui.

Que signifie pour toi le tatouage sur ton front ? En as tu d’autres ?D’ailleurs penses-tu que les tatouages doivent toujours avoir un sens ?

Pour moi, se faire un tatouage seulement pour l’esthétique, il n’y a pas de problème. L’esthétique est peut-être d’ailleurs un sens en soi.

Moi, j’essaie d’y mettre un sens. Mon tatouage sur le front c’est déjà expliqué.

J’en ai deux autres sur chacun de mes poignets : “Born to Love” et “Born to Fly”.

Quand je les ai fait, je me suis dit que c’était chouette parce ce que j’était perçu comme ce mec plein d’amour qui le vibre et qui touche.

Mais après, je me suis dit qu’en réalité, c’était deux choses que j’avais à apprendre.

Moi, le hippie dans l’amour universel, je ne sais pas ouvrir mon cœur à une seule personne profondément. Et j’évite constamment de me retrouver dans une situation ou je pourrais me sentir vulnérable.

Donc pour moi, “Born to Love”, ça signifie : “né pour apprendre à aimer”. Et “Born to Fly” : “né pour apprendre à voler”.

Pour ce dernier, c’est lorsque je prends des drogues psychédéliques, j’ai parfois du mal à lâcher prise…Très souvent même.

Pour celui sur mon front, il signifie peut être que je dois travailler mon chakra du troisième œil. Car ce n’est définitivement pas celui qui est le plus développé.

C’est passionnant de se rendre compte du sens de ses tatouages petit à petit. Et de se dire qu’en fait, au moment où je les ai fait, j’ignorais moi même leur signification. Une des magie de la vie. Faire des actions à un moment qui nous éduqueront dans le futur. Ou qui nous ferons une sorte de clin d’oeil. “Tu vois, en fait c’était pour ça” ou encore “mais si, regardes, tu l’as déjà vécu”. J’ai souvent ce genre de pensées dans mes moments de relecture de mon journal.

Quoi d’autres, euh… J’ai un tatouage sur l’épaule droite, c’est le parapluie rouge, le symbole des SexWorkers.

J’en ai aussi un au creux du coude, qui est un “Ohm”, qui  ressemble à un dessin d’enfant ( beaucoup de gens me demandent si c’est vraiment un tatouage). Celui là est très esthétique, mais à la fois le “Ohm” c’est le son de l’univers chez les bouddhistes et les hindouistes et je voulais en avoir un sur moi.

Il est très effacé, mais je l’adore, parce que c’est le premier tatouage qu’une de mes meilleures potes m’a fait…On me demande parfois si je veux pas le refaire, et je refuse parce que ce serait comme coller une photo sur une autre photo parce que la première était un peu trop floue…

J’en ai aussi un en bas des fesses où c’est écrit “I’ve been germanised ( j’ai été germanisé)…

Ce tatouage me fait rire. Il a une belle histoire.

J’ai été en Espagne faire un petit tour et j’ai rencontré des Allemandes super sympa dont une qui tatouait. On arrêtait pas de se taper des délires où je leur disais  “Stop to germanize me !”

Ça ne veut rien dire mais c’était drôle. Et je leur avait dit “je vais me le tatouer sur le cul !” avant d’ajouter un “non, mais je dis toujours ça, il n’y a plus de place sur mon cul” et de finir par un “et si je le faisait vraiment cette fois ci ?”.

Plus tard, je suis allé voir cette amie à Kiel, dans le nord de l’Allemagne, et au final, elle me l’a fait. Sans machine, à l’aiguille directement. Du stick’n’poke, ça s’appelle je crois. c

C’était horrible, j’ai jamais autant souffert de ma vie. Je suis très très sensible à la douleur et aux sensations physique.

Pour finir (pour le moment), j’en ai un sur l’épaule gauche. “CTA”.

la CTA, c’est le nom du groupe d’amiEs que j’avais lorsque j’étais plus jeune. “La Clique des Tepus Annales”, ou “Les Cyber Tepus Annales”.

On était pas toutses putes, c’était des assemblages de délires. Si je me suis tatoué ça, c’est que ce groupe d’ami.e.s, ça a été ma renaissance, le moment où j’ai commencé à exister.

Je me disais : “Peu importe si les me repousseront dans ma vie, peu importe si la planète entière me rejete. J’ai ces gens là, qui alleux m’aimeront pour qui je suis.

Et du coup, maintenant, c’est dans ma peau.

Quel est ta vision de la spiritualité ?

C’est un peu comme ma vision de la vie, ça se rejoint…C’est quelque chose dont tout le monde a une vision différente, même si dans les religions par exemple, je trouve que beaucoup de choses se rejoignent.

Pour cette question, on retrouve ce que je t’ai dit avec l’incarnation et la réincarnation, et c’est vraiment une ouverture d’esprit pour moi. Et je trouve que ces mots sont très forts : “ouverture d’esprit”, ça veut tout dire.

As-tu vécu des mauvaises expériences dans ton travail ? Comment fais tu face à la putophobie en France et à celle des personnes que tu peux rencontrer ?

Dans mon travail à proprement parler, j’en ai peu, de mauvaises expériences. Surement parce que je choisis mes clients et que j’arrive à capter comment ils sont plus ou moins.

Après, j’ai eu des expériences moins transcendantes que d’autres : desfois, le feeling passe pas tant que ça, des fois c’est juste du cul et ça s’arrête là, des fois c’est un peu plus. Comme toute les relations humaines quoi.

La putophobie en France, c’est un peu chiant quand même… parce que voir des gens fermés d’esprit, qui comprennent pas, ça peut être frustrant. Mais c’est comme l’homophobie, la transphobie, le non véganisme, la NBphobie, le racisme, le sexisme…tout forme de rejet en fait.

L’intolérance des gens, j’en souffrais énormément au début et maintenant non, parce que je réalise que chacunE a son histoire. et chacun passe de bébé à ce que qu’elle est aujourd’hui en vivant des choses et en étant conditionné.e donc je ne leur en veux pas.

Comme je l’ai écrit avant, on a appris des choses à nos tout premiers moments de vie, qu’on a pas pas forcément remis en question.

Si on ne nait pas intolérantE, c’est qu’on le devient.

Donc la putophobie, je la vis pas très bien quand je suis vulnérable ou alors je m’en fous, enfin je comprends d’où elle vient et j’essaie de créer un dialogue et si ça marche pas, tant pis. J’ai pas envie de me crever émotionnellement parce qu’une personne a vécue une vie qui l’a amené à penser ça, ce serait dommage.

Je pense d’ailleurs que réagir avec colère à ces personnes là ça ne fonctionne pas, ça joue même en défaveur de nos luttes. Parce que si on va plus loin, rejeter une personne ça va pas la rendre plus ouverte, et le but, c’est de les rendre ouvertes, je crois. En tout cas, c’est comme ça que je vis mon militantisme : ouvrir des horizons.

Concernant le VIH, quel traitement prends tu ? Comment fais-tu face à la sérophobie ambiante ?

La sérophobie ambiante, j’y ai répondu à la question précédente. Comme tous les forme de rejets, j’essaie de la prendre avec le plus de paix possible. Et même parfois, comme un cadeau.

Quand je rencontre des personnes qui n’y connaissent rien, je me dis que c’est génial ! Ca me donne l’occasion d’éduquer quelqu’unE et quand j’ai la patience, je le fais, et je trouve ça super.

Je prends un traitement qui s’appelle la “trithérapie”. Si tu veut les noms, je prends “Prezista” (pas sur de l’orthographe), Norvir et un générique du Truvada, mais je vais bientôt changer pour passer à un cachet je pense. Il y aura toujours les trois molécules, mais ce sera en un seul cachet, ce qui est cool, ça prendra moins de place et j’aurais qu’un truc à avaler.

Après, ça dépendra de comment mon corps supportera ce nouveau médicament.

Etant nomade, comment décides-tu des endroits où tu vas ? ( tu te lèves le matin et tu te dis j’aimerais aller là ou là, des ami.e.s te proposent de t’héberger… ?)

Soit on parle entre potes, iels ont envie que je vienne et j’ai envie de les voir. Ca a été le le plus courant pour l’instant.

Sinon je suis allé en Espagne, j’avais pas de potes et je parlais pas la langue, et ça a été une vraie aventure. C’était comme une première marche.

Sinon, de manière plus générale, j’ai envie d’aller quelque part, et j’y vais. Ou alors j’ai des trucs à gérer et je les fais.

Pour l’instant je tourne un peu en rond parce que j’ai énormément de rendez vous médicaux, j’ai été diagnostiqué séropo depuis 10 mois maintenant et le suivi au début d’une prise en charge est assez rempli. Par exemple, j’ai bientôt un RDV pour me faire vacciner contre le HPV. Ca veut dire un RDV pour une première injection, puis d’autres pour les rappels.

Donc malgré cette profonde envie de prendre un aller simple pour l’autre bout du monde, je ne vais pour l’instant pas trop loin. Quand tout cela se sera stabilisé, je devrais passer en France une fois tout les 6 mois pour ce suivi. Je commencerais donc à aller plus loin.

Qu’est ce qui t’as donné envie d’écrire “L’osmose des cendres” ?

“L’osmose des cendres”, c’est le nom de mon site web.

J’ai travaillé en crèche pendant trois ans avant de partir, sur les routes. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai cette vision de la petite enfance et sur moi même, qui est assez approfondie. Parce que quand t’es en contact avec des enfants et que tu es ouvert d’esprit, tu fais le lien avec ta propre petite enfance…

Et quand je suis parti, mes collègues m’ont demandé de leur donner des nouvelles.

J’ai bougé trois mois en France, et je me suis dit que ce serait sympa de leur écrire une lettre, donc je l’ai fait. Puis, comme j’ai beaucoup écrit, je me suis dis que je pourrais écrire un journal et depuis, j’ai pas arrêté.

J’ai déjà écrit deux tomes, et je suis en train d’écrire le troisième. Le premier jet du Tome 1, nommé “Première année” est en ligne, le deuxième, “Putain Nomade”, est en cours de publication et le troisième que je pense appeler “Conflits intérieurs” est en cours d’écriture.

Ecrire est un procédé naturel pour moi. J’ai toujours écrit de toutes façons, depuis mon adolescence…C’est thérapeutique de sortir les choses de sa tête

D’ailleurs pourquoi ce titre ?

Ça c’est vraiment une histoire drôle…

Une de mes âmes sœurs m’a décrit comme l’osmose, alors que je lui avais demandé « si tu dois utiliser un seul mot pour me décrire, ça serait quoi ? ». Je cherchais mon nom de fée.

Il m’avait donc répondu “Osmose” et ça m’avait complètement parlé, et j’ai fait tout le chemin dont je t’ai parlé dans la première question.

Apres j’étais chez une autre amie à Montpellier et elle avait une pote avec elle. Elles étaient en espèce de “before”, elles sont en école de maquillage, et du coup, elles se maquillaient pour aller en soirée.

Sa pote a voulu me demander que je lui passe le cendrier parce qu’elle était en train de fumer, et elle a bugué et elle m’a appelé “Cendar », alors qu’elle voulait dire ‘tu peux me passer le cendar, Awen ? »

Et du coup ça m’a fait tilter. Je me suis dis « “cendres”, ça passe bien ».

Alors, ça a donné “l’osmose des cendres”. Le nom s’était révélé, et comme à chaque fois, je l’ai regardé pour comprendre ce qu’il signifiait.

Je me suis dis “c’est être empathique des cendres, donc la mort symbolisée”, et j’ai un rapport à la mort qui est assez spécial, et être empathique envers la mort, je trouve que ça me représentait vraiment. Du coup “l’osmose des cendres” c’est devenu quelque chose avec lequel je me sens très lié, et que je trouve  très poétique.

Pratiques-tu d’autres formes d’art ? Si oui, lesquelles ?

Je pense qu’exister, c’est déjà une forme d’art…Ça je l’ai écrit il y a longtemps dans un texte où je disais aux gens pourquoi iels étaient belles.beaux, et que chaque être est un univers.

Pour moi, notre existence, notre histoires, le fait qu’on est arrivéE jusque là, notre perception, sont des choses uniques.

Si je te dis le mot “nuage”, tu vas imaginer quelque chose qui n’aura peut être rien a voir avec ce que je vais imaginer.

Si je te dis “rouge” ça évoquera pas les mêmes sensations chez moi que chez toi.

Peu importe les mots, on a tous une perception et un ressenti différent des réalités qui nous entourent et des mots que nous utilisons. Et de tout ce qu’on voit en fait. Des sentiments, des sensations, des visions.

Et ça c’est magnifique, c’est merveilleux, c’est vraiment beau.

Du coup pour moi exister c’est de l’art en fait parce que notre existence est magnifique. Chaque personne devrait s’aimer car on est vraiment des œuvres d’art existentielles en continu.

Par ailleurs, je danse un peu, mais pas du tout en pro, je considère que c’est de l’art car je me sens exister, je fais un peu de hoola-hoop mais je suis a un niveau très très débutant. J’aime bien poser pour des photos aussi, et l’écriture évidemment.

Sinon je sais absolument pas dessiner, et je chante juste mais ma voix n’est pas belle.

Te considères-tu comme alternatif ?

Je pense qu’on est toujours alternatif à quelque chose.

Je suis nomade, alors j’ai un mode de vie alternatif par rapport à quelqu’unE de sédentaire. Je suis pute, alors j’ai une sexualité alternative par rapport à une personne ne pratiquant pas le travail du sexe. Je suppose qu’on dit des choses qu’elles sont alternatives quand elles différent d’une norme.

En tant que travailleur du sexe, qu’est ce que tu aimerais voir évoluer dans la législation ?

J’aimerais bien qu’on dépénalise les clients ça serait cool, parce qu’ouvrir une épicerie et empêcher les gens de rentrer dedans c’est un peu bête.

Après, si les personnes ont envie d’avoir des maisons closes et des bordels, les créer pour ce genre de personnes seraient écouter une demande, donc serait bien. Même si personnellement, je préfère travailler de manière indépendante.

Après, ça dépasse le travail du sexe, mais ce serait donner des papiers aux migrantEs. Parce que tu peux pas quitter le travail du sexe (si c’est ce que tu désires) si tu n’as pas de papier.

Il leur faudrait aussi un salaire, et pas un parcours de sortie de merde, dans lequel on te propose 300 euros et il faut savoir parler français.

Et surtout : changer l’image perçue du Travail du Sexe. Que ça devienne naturel d’être un client. Pas quelque chose de culpabilisant, de glauque etc. Que les gens comprennent que les clients ne sont pas tous des connards. Et que nous ne soyons pas perçu comme des gens sales et qui se respectent pas. Parce que pour moi, la prostitution fait partie d’un processus et d’un  mécanisme de respect de moi même.

Je suis un vivant. Mes clients sont des vivants. Et le glauque qu’on voit dans le Travail du Sexe ne vient ni de moi, ni de mes collègues. Mais du regard conditionné qu’on porte sur la chose. Et en général, de nos propres frustrations sexuelles qu’on projette.

De manière plus générale, j’aimerais qu’on nous laisse parler, et qu’on nous donne la visibilité et la légitimité que nous méritons, en tant que personnes qui avons des sensations.

19402066_1777181289238936_1415414550692434217_o

Peux-tu nous partager tes dernières lectures, films,séries,… En bref toutes les choses qui te nourrissent ?

Je lis très peu, il faudrait que je m’y mette…Le dernier livre que j’ai lu c’est “l’Alchimiste” de Paulo Coelho, et je l’ai lu il y a un an et demi…

J’aime ma relation avec les livres d’ailleurs. J’attendent qu’ils talents plusieurs fois à ma porte pour me décider finalement à les lires. En ce moment, c’est Virginie Despentes qui tambourine. Il faudrait vraiment que j’aille la lire. Je veux dire, en tant que Pute, je me dois d’avoir lu ses mots pour avoir un CV complet ! Haha !

Par contre, je regarde beaucoup de séries. J’ai évidemment adoré Sense8, étant une personne très sensible à l’esthétique, et aux sujets abordés.

En ce moment, je regarde un manga qui s’appelle “Your lie in April” et que je trouve très beau.

Je regardais beaucoup de yaoi, surtout des shounen ai (manga de romance homo) quand j’étais plus petit. Et j’aime bien en regarder encore de temps en temps.

Un manga que j’adore c’est “No.6” qui est très très beau.

Et un de ceux que je considère comme un chef d’oeuvre, c’est “Shinsenkai Yori”. Magnifique, je t’invite à aller t’y aventurer.

Côté séries, j’ai beaucoup aimé  “Touch” (que j’ai pas beaucoup regardé), j’ai regardé quelques épisodes et sur les deux premiers j’ai pleuré.

Sinon j’ai bien aimé Orphan Black, The OA, The 100, The Magicians, The Shannara Chronicles, Dear White People, et plein d’autres.

Big Mouth !!! ALALA celui là ! Un cartoon que je trouve hyper féministe, pro sexe et éducatif, avec EN-FIN une visibilité pour le corps des femmes qui n’est pas tabou !

“Your name », est un film que j’ai beaucoup apprécié aussi, de par sa poésie.

Et plein de films spirituels, comme “Cloud Atlas”, “The Giver” ou encore “Docteur Strange” par exemple.

C’est interessant comme on ne regarde jamais les films de la même façon.

En livres, je me souviens, j’ai lu un livre qui s’appelait “Le faire ou mourir”. Je l’ai adoré pendant mon adolescence. Je m’y retrouvais totalement.

“Il y a si peu d’endroits confortables” aussi, quelle merveille. De Fanny Salmeron je crois bien

Après, j’ai pas l’impression d’avoir de “sources d’inspiration”. Je crois que pour être honnête, tout ce qui m’entoure et tout ce que je traverse font office d’inspiration pour moi.

Et ce qui se passe à l’extérieur de moi, c’est beaucoup ce qui se passe a l’intérieur de moi…C’est pour ça que j’aime écrire. Je ne peux pas mentir dans mon journal, car la personne la plus proche de moi, c’est moi. La première personne concernée par ma vie, c’est moi.

De tous les saunas que tu as pu fréquenté,le(s)quel(s) as tu préféré ? Et pourquoi ?

J’ai AAAAAADORé le sauna de Bruxelles qui s’appelle le “Macho sauna”! C’est un peu cher, mais le sauna en soit est cool parce que il est sur quatre étages et qu’il y a vraiment des salles que j’aime bien : il y a par exemple une salle tout en haut, où se trouve un grand matelas. C’est une invitation à l’orgie, et je trouve ça  beau.

J’ai aussi beaucoup aimé “Le Steamer” à Nantes parce que le personnel est vraiment super cool, que j’aime bien comment c’est foutu et qu’il y a une bonne ambiance

J’allais beaucoup au “Sun city » à Paris, mais je peux pas non plus dire que je l’aime beaucoup. Je l’aime beaucoup parce que j’ai une histoire la bas mais sinon les gens tournent, et le personnel ne mise pas trop sur l’accueil.

Le “Boiler » à Berlin. Celui-là. Il est peut-être un peu cher mais il se démarque de tout ce que j’ai dit avant. Parce que ce n’est pas qu’un sauna. Les gens y sont super sympa, il y a des jus gratuits, il y a une ambiance,  il y a une terrasse…C’est vraiment un des saunas que j’ai vu qui est le plus avancé. Car il y a vraiment cette “recherche de convivialité” qu’il n’y a pas forcément dans les autres.

Que penses-tu de toutes les étiquettes que les gens se collent : gay, lesbienne, bi, pan,homo, hétéro, … ?

Je pense que j’ai déjà répondu : chacunE fait ce qu’il veut, chacunE s’étiquette comme iel veut, se définit comme iel veut. Je considère personnellement que les orientations sexuelles sont conditionnés. Et je considère que le futur est pansexuel et que la nature est pansexuelle.

Comment procèdes tu pour trouver des clients ? ( apps, sites,…)

Je suis sur toutes les applis de rencontres homosexuelles, que ce soit autorisé ou pas d’être pute parce que j’ai besoin de visibilité, et j’ai un site web, où je redirige les gens jusqu’à me faire bannir de certaines applis et de me refaire un compte.

Après, on discute, on tchate, ça matche, ça matche pas. On parle de nos limites aussi.

Et ça c’est important. Il y a vraiment cet espace de consentement qui est essentiel. Et c’est super intéressant, parce qu’en général, les abolitionnistes parlent de “viol tarifé” et en fait dans mon travail, il y a cet espace de consentement qu’on a pas forcément quand on drague quelqu’un hors du travail. Puis si ça matche, on se rencontre et on passe un bon moment ensemble.

Quels sont tes projets pour la fin de l’année et 2019 ?

Je n’ai pas de projets , je préfère me laisser aller, j’ai quelques trucs de prévu : j’ai une amie qui aimerait me suivre et faire un petit documentaire sur moi mais sinon, je me projette pas trop en général. Je vais continuer à écrire. J’aimerais retourner en Espagne aussi.

Mais ce qui me trotte dans la tête en ce moment, c’est comment trouver un équilibre avec mon traitement et mon voyage?

Parce qu’être un nomade séropo, c’est pas une existence très “prévue” par notre système, alors c’est un peu compliqué.

Sinon travailler sur moi, alors voir ce transboy et apprendre à le connaitre (celui a qui j’ai écrit une lettre), m’ouvrir, accueillir ce que la vie a à m’apporter et continuer à avancer sans sauter par la fenêtre.

Merci à toi pour cet interview, et pour ces belles questions conscientes. Tu les as posées dans un parfait moment de ma vie, car les choses que tu m’as donné l’occasion d’écrire étaient des choses que j’avais pour projet d’exprimer clairement. Merci beaucoup !

Vous pouvez retrouver ses écrits, des photos, des témoignages de ses amis, des témoignages de ses expériences en tant que TDS, et bien d’autres choses sur son site !

N’hésitez pas à faire un tour sur sa chaîne et sur son site

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s