YouTube et moi #2 : mon usage d’adolescente

Aujourd’hui, j’ai eu envie de vous parler de nouveau de mon usage de Youtube, comme j’ai pu le faire dans un précédent article : Youtube et moi : beauté/vlog

Mais aujourd’hui, je voulais vous parlez plutôt des Youtubeur.se.s que je regardais beaucoup étant ado, peut être un peu moins aujourd’hui.

Je ne vais citer que des hommes cis parce qu’à l’époque, j’avais beau me définir comme sale gauchiste, j’étais pas très déconstruite, et je regardais peu voir pas du tout  de contenus proposés par des personnes autres que hommes-cis-blanc-aisé….

J’ai commencé à regarder beaucoup de vidéos Youtube lors de ma période lycée, c’est la que les Youtubeurs connus d’aujourd’hui se sont lancés. Comme avec la musique et l’écriture, c’était et c’est toujours une manière de m’échapper de la réalité de mon quotidien, et parfois d’apprendre des choses.

Quand j’étais au lycée, j’essayais toujours de regarder des youtubeur.se.s que je pensais moins connus que Norman et Cyprien ( que j’ai regardé et regarde encore parfois), parce qu’à mon sens, celleux que je regardais apporter un vrai contenu nouveau à Youtube, sans se contenter de parler face cam de choses insipides, et banales : par exemple je n’ai jamais eu de fou rire devant des youtubeurs face cam comme Norman, Cyprien, Mister V( qui était dans le même lycée que moi), ou d’autres, alors que les personnes dont je vais vous parler ont pu me faire beaucoup rire.

 

Commençons par le trio de tête des Youtubeur.se.s que je regardais le plus  : What the cut !, Salut les geeks, et le Joueur du Grenier.

J’ai découvert Le joueur de grenier d’abord il me semble, grâce à un ex, et j’ai tout de suite adoré.

Parce que j’ai toujours eu une fascination pour les jeux vidéos, et cette émission m’a fait m’intéressé et connaitre de nombreux jeux… J’adorais l’humour de Fred, et leurs mises en scène un peu toutes pétées, un peu cheap… J’ai beaucoup ses vidéos, qui présentent un univers, comme celles avec L’enfant de juron, avec sa série sur les RPG, ou la parodie d’Harry Potter.

J’essaie parfois de suivre encore ses Let’s play, et les vidéos qu’il fait sur Le bazar du grenier, j’ai adorée sa vidéo présentant Spore

Mais je crois que la vidéo qui me fait hurler de rire à CHAQUE fois, c’est celle sur les jeux Jurassic Park : la première fois que je l’ai vu je me suis tapée un fou rire monumental, et je retente à intervalle régulier, et à chaque fois ça me fait rire…

Je trouve ça bien que même si je n’y connais rien en jeux vidéos, ces tests restent accessibles, et ne nécessitent pas un bac+26 en jeux vidéos pour comprendre…
Elles m’ont parfois données envie de jouer aux jeux testés, mais je suis tellement peu douée, même avec les émulateurs que j’ai vite abandonnée.

Je pense que j’ai découvert SLG en même temps que What the cut, alors que je trainais une fois de plus sur Youtube, mais je n’ai pas commencé dés le debut.

SLG, j’ai du commencé au moment où il y avait encore le prof, mais je ne suis pas sure, et j’ai continué, tout en regardant les épisodes qui me manquaient en chemin… What the cut, je ne sais plus comment j’avais connu, mais je les ai tous vus, plus les hors séries.

SLG, j’ai découvert grâce à une apparition dans Minute Papillon, des podcasts que je regardais déjà beaucoup à l’époque.

Je suis vite devenue fan j’étais fan de tous les personnages que pouvez développer Mathieu Sommet, que ce soit le hippie, le prof, la fille, le panda, le patron, et le gamin.

Cette émission me permettait de parcourir les méandres d’internet sans devoir le faire moi même, je n’avais qu’à me laisser guider.

J’ai beaucoup aimé aussi les chansons qu’il écrivait et chantait pour les anniversaires respectifs de sa chaine : pour les deux ans, pour les trois ans,pour les quatre ans.
J’étais tellement fan que j’avais réalisé un fan art de Mathieu et d’Antoine Daniel ( à l’époque c’était la mode de croire qu’ils étaient amoureux)

 

WTC, c’était un peu la même chose, avec un coté plus violent : il utilisait toujours un tas d’insultes, que je trouvais grandioses, et des tas de ses répliques sont devenues cultes : Gloire à la sainte pelle, pour le travail, une fois au chalet,…

En écrivant cet article, j’en ai regardé de nouveau quelques uns, et même s’il y a des trucs qui me font encore rire, j’ai été frappée par la vitesse de parole d’Antoine Daniel, et comment tout s’enchaine ultra rapidement en moins de dix minutes.

J’adorais son chien en peluche un peu pervers Richard, son ventilateur Samuel, et le fait qu’il présente des vidéos artistiques, ça allait vraiment des chansons nazes aux performances d’art contemporain diffusé sur Arte.

Ces deux émissions étaient indissociables dans mon esprit, et j’ai assez mal vécu le fait qu’ils arrêtent tour à tour leurs émissions.

 

Je regardais aussi beaucoup Linksthesun, et ces émissions des Point Cultures, et des Non mais tu as vu ce que tu écoutes.

Parce que j’ai toujours été curieuse, les point Culture m’ont permis de découvrir des tas de choses sur un ensemble de sujets très vastes : ça allait d’une introduction à la musique classique aux figures de styles, en passant par les Pokemon et les dinosaures

Quant à Non mais t’as vu ce que t’écoutes, j’aimais beaucoup le voir descendre des chansons que je n’aimais pas à la base, avec des arguments qui tenaient la route, qui étaient plus crédibles que  » non mais de toutes façons Colonel Reyel/JUL/Vitaa/Keen’v c’est de la merde et t’es trop débile si tu écoutes ce genre de daube »

 

Un peu dans la meme veine, j’étais très fan de Minute Papillon, une série de vidéos, ou un homme monologue sur des sujets divers et variés. C’est une amie qui m’avait montré un épisode, et je suivais régulièrement. Il parle de sujets très divers, qui vont de la polygamie, la liberté, ou les drogues… Sur sa chaine, on trouve d’autres concepts comme les « Je comprends rien à… » ,monologues où il parle face caméra d’un sujet auquel ine ne comprend rien, en relevant les incohérences par exemple ou  les Mot compte triple qui expliquent des mots compliqués.
Aujourd’hui, je regarde encore quelque fois, mais étant donné que mon usage de Youtube a évolué, j’en regarde beaucoup moins qu’avant.
De plus, au fil des vidéos, il transmet des valeurs qui ne me correspondent plus totalement : quand il essaie de justifier Bertrand Cantat, ou qu’il appelle à voter pour je sais plus qui, qu’il dénigre les féministes, etc…

Aujourd’hui, mon usage de Youtube est plus tourné vers les clips vidéos, la musique, la retransmission d’émissions de télévision comme Tracks d’ARTE par exemple, je ne regarde plus beaucoup de Youtubeur.se.s, parce que plus personne ne me donne vraiment envie de le faire.

 

 

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “YouTube et moi #2 : mon usage d’adolescente

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s