LA POISON

Aujourd’hui, je vous présente LA Poison, un groupe que j’ai découvert sur Facebook (comme beaucoup de choses en fait) 

Ils ont gentillement acceptés de m’accorder une interview et je suis plus que ravie qu’ils aient acceptés.

Pouvez vous vous présentez ?

Nous sommes LA POISON ,un power trio Electro Rock de la banlieue Nord de Paris avec La Poison (moi-même) au chant, Fugu Shima à la guitare et Lars Sonik à la batterie et aux machines .
Nous avons sorti un premier EP en Mars 2017.
Nous sortons notre premier Album le 26 Avril prochain ..

Comment vous êtes vous rencontrés ?
J’ai rencontré Lars (David Ménard) il y a pas mal d’années, nous avons joué dans
plusieurs groupes ensemble, un groupe de punk rock ska (le Maximum Kouette) puis dans un cabaret musical sur le thème des freaks (le Maxi Monster Music Show) .
La première fois que j’ai rencontré Fugu (Daniel Jamet ), c’était sur scène quand il jouait
avec la Mano Negra sur la tournée Pigalle.
J’étais dans le public à fond je crois que j’ai quasiment pas loupé un concert de cette tournée mémorable !!
Puis quelques années après nous nous sommes retrouvés sur des plateaux commun lors de festivals.
Daniel est un proche de Lars, ils ont joué ensemble quand Lars avait 8 ans et faisait ses premiers concerts a la batterie..
C’est tout naturellement qu’on lui a proposé de jouer dans notre nouveau projet.
On cherchait un très bon guitariste, il a tout de suite adhéré et c’est parti !!

Comment en êtes vous venu à créer ce groupe ?

Après le Maxi Monster Music Show Lars et Moi avions envie de revoir les gens danser, envie de créer une musique qui nous ressemble sur le moment .
On était en pleine période lourde et chargée avec toutes les séries d’attentats et on a eu besoin de se lâcher et de relâcher la pression dans le son,de taper du pied, on avait l’énergie il fallait juste mettre tout ça en forme.
Un champ de bataille d’idées, un home studio, du temps, et l’envie de créer quelque chose de singulier. Finalement tout s’est enchaîné ..

Comment décririez vous votre style musical?

C’est une synthèse entre un rock sauvage percutant tendance garage post punk et
une électro entêtante aux frontières de la new cold wave ..
C’est LA POISON quoi !!!

Qu’ont apportés vos diverses expériences musicales antérieures au groupe ?

LA POISON était la suite logique de ce qu’on avait fait auparavant ..le trio comme le
triangle qu’on formait .
L’expérience du passé pour continuer a s’amuser et créer des personnages, travailler une gestuelle, se filmer,se photographier, créer tout un monde visuel propre à la LA POISON..
Tout ça est très ludique et le fait de toucher à tout fait qu’on ne s’ennui jamais et on continue a se surprendre.
on progresse dans nos clips et dans les technologies qu’on utilise, toujours dans l’esprit du début « do it yourself »
Musicalement David a travaillé comme un chimiste dans son Labo en cherchant beaucoup de sons, en bidouillant plusieurs textures de drums..
Daniel a réarrangé les riffs de guitare et trouvé des sons qui lui sont propres (parfois on
croirait qu’il joue du clavecin mais non !!)

Quels sont vos influences musicales,stylistiques, … ?

On s’inspire du cinéma de Méliès, de bouquins de SF, de la dance hip hop, de la rage de
Rage Against The Machine, du glam de Bowie, du punk de Nina Hagen, des bass de LCD
sound system, de la creativité de Bjork, de la folie de Devo.

Tentez vous de passer un message au travers de vos chansons?

On sait qu’une chanson ne changera pas la face du monde.
Une chanson parfois peut faire oublier le quotidien,donner envie de se bouger,d’aller affronter la vie.
Une chanson parfois va te donner envie de pleurer et permet de se libérer d’une pression
ou décharger une tristesse .
Une chanson peut aussi marquer profondément un passage de la vie, faire prendre conscience ..
Oui bien sur quand on écrit une chanson on espère que pour telle ou telle raison, elle touchera quelqu’un mais avant tout, quand j’écris, faut d’abord que ça me plaise, et que mes gosses trouvent ça bon !

Pourquoi avoir ce nom « LA Poison » ?

La POISON c’est l’antidote conjuguée au féminin.
Il est comme un remède aux pressions qui nous narguent ..il est aussi un petit hommage à Poison Ivy des Cramps!
Il est aussi une couleur ,une force ..le Green Power !

Quel est votre meilleur souvenir de concert ?

Pour le Mythos festival 2018, où on ne nous attendait pas forcement, on faisait la
première partie de Beth Ditto !!
Public a fond dès le deuxième morceau ..la magie a opéré, le magic mirror était en feu Beth est meme venu voir le show ! Nous a sauté dans les bras..  »YOU’RE AWESOME !!..
Une belle rencontre avec elle ,son groupe et le public ! Et une super fête d’AFTER !!

Si vous pouviez jouer avec n’importe quelle autre formation sur Terre ( mort ou vivant) qui choisiriez vous et pourquoi ?

Difficile de choisir ..On a raté tellement de concerts ouf..
Je crois que je choisirais Nirvana ..Car j’avais pris ma place pour les voir
jouer à Paris en février 1994, j’étais folle d’aller au concert c’était énorme pour moi quand ils ont débarqué dans le paysage français de l’époque ..

Et ce soir là, j’ai eu un œdème et kyste suite a un arrachage de dent donc j’ai eu la rage de ne pouvoir y aller en me réconfortant, je me suis dis qu’ils repasseraient bientôt sur Paris ..et non ..j’aurais aimé aussi assisté au Woodstock festival aussi pour le délire, la performance !! Un duo avec Nick Cave pour le frisson, et avec The Hive pour
l’énergie sauvage !

Vous considérez vous comme un groupe underground ?

Underground! Bien sur que nous sommes underground et depuis toujours..
Nous sommes en marge mais avant tout nous sommes libres !
libres de faire ce qu’on veut et avec qui on veut …
quand on choisit d’en faire son métier, on sait que ça va être les montagnes russes avec des mois avec et beaucoup de mois sans..
Mais on a choisi de faire ce qu’on aime et on se voit pas faire autres choses pour le
moment , même si on apprend par la force des choses a faire plusieurs métiers ….
Parfois on a des doutes, des coups de blues, on voudrait jouer plus et devant plus de monde.
Envie d’être lisible et reconnaissable du public mais le métier a changé et continuer à
exister est déjà une chance ..
C’est tout ce qui compte..Et pouvoir toujours et encore jouer live, prendre son pied et recommencer,se réinventer.

Comment se passe la création d’une chanson ?

Il n’y a pas de règle ..Peu importe du moment que ça marche, les idées peuvent partir
d’une mélodie chantée sur mon Iphone dans la rue ou d’un riff que Lars a dans la tête et
qu’il va poser tout de suite avec une idée de clavier ou d’un beat qui amène une
rythmique de chant.
Ou un sujet qui me touche et je vais essayer d’écrire ce que j’ai ressenti et d’en faire quelque chose.comme la chanson Mrs Jane ..c ‘est un reportage passé a la télé sur une prostituée en vitrine en Belgique qui m’ a beaucoup touché ..
J’ ai trouve cette femme pleine de bon sens et d’amour ..cette femme est très rock’n’roll dans l’âme, elle donne !!
Je voulais lui rendre hommage.

Pourquoi avoir choisi de chanter en anglais, plutôt qu’en français ?

Phonétiquement, l’anglais se mariait bien avec la musique ,ça sonnait comme je
l’entendais dans ma tête, mais je ne me mets pas de barrière, il y a deux morceaux en
français.
Alors c’est vrai que lorsque je chante en français, le sens va quand même primer sur la mélodie, en anglais ce sera l’inverse.
J’aimerais chanter un morceau en Japonais, j’adore le coté guttural de la langue?

Combien de temps est il passé entre l’idée de l’album et sa sortie effective ? Pouvez vous nous parler des grandes lignes de cette création ?

Nous avons sorti un premier EP Antidote for love en 2017, puis nous avons continué à
travailler les titres de l’album en préprod dans notre home studio.
En parallèle des concerts, nous avons enregistré les titres en studio sous les commandes de Bertrand Lacombe (DBFC,Dombrance) qui a aussi mixé l’album.

Comment se déroule la création de vos clips ?( qui les a réalisé, qui les a écrit, combien de temps ça vous a pris, où est ce que vous avez tourné, quels sont vos sources d’inspirations)

David et moi, on trouve généralement assez vite les idées dès qu’on a trouvé l’angle de
direction du clip. et chez nous une idée  en entrainant une autre,on peut parfois se barrer très loin.
Ça fait des années qu’on part en vacances avec nos costumes et cameras dans
le sac au cas ou aurait envie de tourner. Apres c’est la réalisation et le montage qui peut
être long et laborieux mais c’est toujours fait dans le fun, même si on a développé
quelques arthroses à rester des heures devant l’ordi à monter.
On tourne dans notre salon, on a fabriqué un fond vert pour les incrustations et David est doué pour apprendre et comprendre vite les nouveaux logiciels.
Il devient par la force des choses notre monteur favori car il associe facilement le rythme a l’image.
Pour notre dernier clip, on a travaillé avec un collectif belge « temple caché »,c’est la première fois qu’on se laissait un peu prendre en main par une équipe mais on était totalement en confiance car fan de leur travail ..donc ce n’était que du bonheur que de se laisser porter dans leurs délires ..Le clip sortira fin avril, sur le titre Superhero

Quels sont vos projets pour 2019?
Partir en tournée !! écrire et composer de nouveaux morceaux, trouver de nouvelles idées pour de nouveaux clips, explorer de nouvelles façon de faire et défaire, rêver Partir nous installer à Tokyo… et payer ma taxe d’habitation …

 

Retrouvez les ici :

Leur site

Leur Page Facebook

Crédits photo : Nidimages

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s