Elsa von Freytag-Loringhoven

J’ai eu envie d’écrire sur cette grande dame après avoir lu plusieurs articles qui mettaient en avant le fait qu’une des oeuvres les plus célèbres de Duchamp soit d’elle en réalité, et qu’il lui a volé sa production…

Du coup, j’ai eu envie de découvrir un peu sa vie, de faire quelques recherches, et de vous parler de cette grande artiste, la mettre un peu en lumière pour mon modeste lectorat.

Elle nait le 12 juillet 1874 en Allemagne, et de son enfance on ne sait plus grand chose.

À dix-huit ans, Elsa Plötz s’enfuit de chez elle, quittant une mère croyante et un père abusif. Elle s’installe à Berlin chez sa tante. Elle travaille comme choriste et étudie le théâtre et l’art.
Avant sa vie à New York, alors qu’elle travaillait à Berlin, elle passe par une phase d’expérimentations sexuelles, qui a fini par lui faire attraper la syphilis.

Après deux mariages ratés, elle épouse, à New York, en 1913, le baron Leopold von Freytag-Loringhoven.

Après son mariage, elle prend son titre comme un aspect de son identité artistique, et l’a quitté afin de pouvoir avoir d’autres connexions romantiques et sexuelles.
Elle est devenue l’amante de nombreux artistes de sa période, et propose une idée progressive de polyamour, pas bien compris ni  par les masses de l’époque , qui la jugeait constamment pour son style de vie, ni par ses partenaires qui restaient tristes et brisés.

Sans ressources, Elsa von Freytag-Loringhoven devient cependant l’attraction de Greenwich Village par son accoutrement fait de « vêtements artistiques farfelus » : corbeille à papier ou seau à charbon comme chapeau, objets trouvés ou volés décorant ses robes.

Ce qui m’a le plus intéressé chez elle, c’est qu’au tout début de sa carrière, elle a su détourner le lien entre objet d’art et artiste : George Biddle, un peintre moderniste basé à Philadelphie, engageait des modèles, et il exigeait qu’elles soient nues et silencieuses, pour qu’elles servent d’inspirations à ses créations.

A cette période, Elsa vivait dans la pauvreté, et travaillait comme modèle.
Un jour de mars 1917, elle s’est faite engagée par Biddle, et lui demande d’ôter ses vêtements, mais ce qu’il ne savait pas, c’est qu’en lui demandant cela elle allait changer complètement non seulement sa position mais aussi celle de Biddle dans le studio, puisque auparavant le corps féminin était perçu comme un objet de désir ou d’inspiration.
En effet, la Baronne, a ouvert sa veste, révélant que son corps n’était pas nue, mais couvert de déchets et d’objets qu’elle a ramassé dans les rues : elle portait un soutien gorge fait de conserves de tomates, attachés à un fil vert, son collier était fait d’une cage a oiseaux avec un canari à l’intérieur, ses bras étaient recouverts d’une voile volé dans un magasin local, et son chapeau était fait à partir de légumes.
Elle annonce donc clairement qu’elle est devenue l’artiste et Biddle son audience.
Cela a été un moment crucial non seulement pour la libération de la femme mais aussi pour tout le mouvement Dada, qui connectait l’art et la vie en une seule entité, rendant l’art beaucoup moins institutionnel,en utilisant le corps comme un media, et les objets trouvés comme le materiel artistique principal.

Mais cette performance n’a jamais fait pas de l’histoire de l’art officielle, à cause de son aspect immatérielle, et du fait qu’on ne peut le croire que grâce à la description qu’il en est fait dans un des journaux.

Mais il faut bien retenir, que la Baronne a réellement changé le role du corps féminin dans l’art a travers une performance artistique.

German poet has her poems about woman on view at the press home philadephia
A gauche: Man Ray – Photo d’Elsa von Freytag-Loringhoven / A droite: Elsa von Freytag-Loringhoven dans un costume

Elle passait son temps à se promener dans les rues de New York, et recupérait des matériaux directement dans les rues ou dans les ordures, et disaient qu’il s’agissait de sculptures et d’oeuvres d’art en 1913.
Elle leur donnait des noms religieux ou au moins spirituels, et leur donnait des sens improbables.

Sa premiere sculpture date de 1913, et il s’agit d’une bague rouillée volée qu’elle a appelé Enduring Ornament, puis une pièce de bois appelé Cathedral, et un God fait  d’un siphon en fonte attachée à une pièce de bois.
Mais en plus d’en faire des sculptures, elles s’en servaient pour couvrir son corps: en plaçant des cuillères sur ses oreilles, des timbres comme maquillage, ou en portant des gateaux sur sa tête, ce qui faisait de chaque sortie dans la rue une performance artistique, un happening.

Elsa-von-Freytag-Loringhoven-God-sculpture

Une autre de ses sculptures, Limbswish (1918), est un ornement construit à partir d’un ressort en métal et d’un grand gland de rideau destiné à être suspendu à la hanche.

En effet, au début du 20 ième siècle, les femmes n’avaient pas le droit de s’habiller comme elles le souhaitaient, et devaient suivre le code social, qui leur indiquait ce qu’elles pouvaient faire ou non, la Baronne fut une pionnière avec ses looks excentriques, à cause desquels elle fut arrêtée maintes fois.

Elle se rasait complètement le crane, sortait complètement nue, portait du noir a lèvres, marchait dans les rues avec un rat dans les mains, et volait dans les magasins.

Elle fut donc la premiere artiste Dada de New York, et une féministe d’avant garde. Meme Duchamp disait qu’elle n’était pas futuriste, mais qu’elle était le futur lui meme


Mais ce qui m’a donné envie d’écrire sur elle, c’est la polémique autour de qui a crée La Fontaine.
On sait que Duchamp a été une source d’inspiration pour la Baronne qui fut obsédée par son caractère, tomba amoureuse de lui, et écrivit des poèmes sur leur relation, et son rejet de ses désirs sexuels. Elle lui envoyait divers objets d’arts comme cadeaux, récitait des poèmes qui disait « Marcel, Marcel, I love you like Hell, Marcel. »
Mais une importante trace historique pourrait changer à jamais la perception que bous avons de La Fontaine, un ready made de Duchamp.
Une preuve qui se trouve dans une lettre de Duchamp à sa sœur Suzanne en avril 1917 où il écrit « Une de mes amies qui  se fait appeler Richard Mutt m’a envoyé un urinoir en porcelaine en tant que sculpture, puisqu’il n’avait rien d’indécent à l’accepter, il n’y avait aucune raison de le refuser. »

Si on prend en compte l’amitié et la profonde connexion entre lui et la Baronne, et le fait que l’urinoir est bien signé R.Mutt, on peut facilement en conclure que c’est elle l’amie qu’il mentionne.

En allemand R.Mutt, suggère armut, qui signifie pauvreté, ou dans le contexte de l’oeuvre pauvreté intellectuelle.On peut donc penser facilement que l’oeuvre entière a été une vaste blague de la part de la Baronne, une blague qu’il a utilisé pour postuler à la Société des Artistes Indépendants, qui le rendu mondialement connu, et qui devint une piece représentative de l’art Dada

search for poetry book at university
Marcel Duchamp – The Fountain, 1917

Elsa a cassé les normes sociales non seulement dans son activité artistique, mais elle fut de meme dans sa vie privée, qui ne peut pas être déconnectée de son art.

Son personnage est un des archetypes les plus représentatifs de l’idéal Dada, la personnification de l’anarchie.

 

 

Diary Elsa
Extrait de son journal

 

Elle retourne en Allemagne en 1923.
Elle habite une maison de charité, vend des journaux et, en proie à des pulsions suicidaires, elle est internée dans une clinique psychiatrique.

Au printemps 1926, ayant obtenu un visa pour Paris, elle crée une agence de mannequins que les autorités d’immigration françaises fermeront.

Elle meurt  le 15 décembre 1927 dans son appartement, intoxiquée par le gaz resté ouvert toute la nuit.

 


References:

Article de WideWalls sur Elsa Von Freytag Loringhoven

Page Wikipedia

Article d’Artsy sur la création des readymade

Article d’Aware Women Artists

Article de Vents Contraires

 

 

Une réflexion sur “Elsa von Freytag-Loringhoven

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s