Les poils

Ce billet sera un peu bordélique, mais vous devez commencer à avoir l’habitude… J’avais envie de parler de mon expérience avec ma pilosité, d’un super collectif qui s’appelle Soyeuses, et une (aussi) brève (que possible) histoire de la pilosité et des poils !

Mais d’abord, parlons de ma petite expérience personnelle…

Enfant, j’avais pas de poils donc je m’en fichais, meme si j’avais tendance à penser que les poils c’était pour les papas, et les mamans devaient être toutes douces…

Puis à la puberté, j’ai commencé à avoir BEAUCOUP de poils, sur le sexe, sur les jambes, sous les bras, et j’avais une moustache bien visible…

Au début, ma mère refusait catégoriquement de m’épiler les jambes, alors qu’elle le faisait, et ne voulait pas que je me décolore la moustache, ni que je me l’épile…

Alors j’ai commencé à me raser, un peu maladroitement au début…
Je me rasais les jambes, le ventre, les aisselles et la moustache…
Je me souviendrais toute ma vie d’une remarque quand j’étais au collège, d’un garcon, qui regarde mes aisselles et qui me dit d’un ton condescendant et sacrément paternaliste  » si tu veux te raser, fais le bien »…

J’ai été longtemps complexée par mes poils, et comme beaucoup de filles, j’ai tout fait pour m’en débarasser…
La société avait réussi à me faire croire que c’était sale, et moche alors je m’en débarrassais systématiquement…
Je ne gardais que mes poils sur ma vulve, parce que je pensais que personne ne les verrait avant longtemps…

Mais quand j’ai perdue ma virginité, autour de mes 15 ans, j’avais déjà commencé à me raser, pour pas que ca dégoutte mon ex de l’époque…
Toujours persuadée que c’était dégueulasse, et que si je me rasais pas il me jetterait ( ca aurait été une SI grande perte)

Et je suis restée dans cet avis bien tranché pendant assez longtemps finalement…
Jusqu’à il y a deux ans, ou j’ai commencé à sortir avec une fille, qui elle, assume totalement ses poils, et j’ai tout de suite trouver ça trop cool, et ca m’a permis de faire un cheminement…
Je me suis demandée pourquoi je pensais les poils si sales, et pas féminins, pourquoi je me faisais chier à m’épiler alors que les mecs peuvent être velus et ca ne pose aucun problème à personne ?

J’avais commencé à y réfléchir, quand j’étais tombée sur le profil d’une personne sur Tumblr, qui laissait pousser librement pousser ses poils, et j’étais totalement fascinée par cette personne…
Et pour la première fois de ma vie, je la trouvais belle, comme elle était, et ca a été une petite révolution

Puis, j’ai commencé à fréquenter des cercles féministes, où j’ai pu comprendre que les poils n’avaient rien de sales, qu’ils étaient meme plutôt bons pour la santé, et qu’ils n’avaient rien de typiquement masculins, parce qu’après tout, fuck les normes de genres !

Depuis quelques mois, je laisse pousser les poils de mes jambes comme bon leur semble, je les rase peut être tous les trois mois, mais sans vraie régularité, pour les aisselles c’est pareil…
Il n’y a que les poils sur la vulve que je rase plus souvent, par confort pour le moment, mais je pense qu’il arrivera un moment où je n’y toucherais plus non plus.

Aujourd’hui, et comme dans tous les domaines, je suis pour le choix : avoir vraiment le choix de s’épiler ou non, sans être stigmatisé.e, moqué.e ou harcelé.e à cause de ses choix… Je comprends les personnes qui s’épilent minutieusement, et ne suis pas là pour faire du prosélytisme, je défends la liberté de chacun.e de faire ce qu’on veut de nos corps.


Au delà de ma petite expérience personnelle, j’ai aussi fait quelques recherches, pour comprendre la façon dont on s’est épilé.e.s a travers l’histoire.

Première chose qui m’a surprise, on maltraite nos poils depuis bien plus longtemps que je ne le pensais : on retrouve des pinces à épiler dans des monuments funéraires dans la Préhistoire, mais c’est à partir du 3ieme siècle avant Jesus Christ qu’on voit un essor de ses pratiques. Ainsi, en Mésopotamie ou en Phénicie, l’épilation devient la norme pour les rois et les reines.

D’ailleurs, c’est ce qu’on retrouve globalement dans toutes les périodes de l’Histoire : l’épilation et la dépilation sont des pratiques réservées aux gens qui ont les moyens.

En Egypte ancienne, les pharaons, leurs reines, les prêtresses et les prêtres s’épilaient entièrement le corps. Cela symbolisait la pureté pour elleux, et le rejet de l’animalité que peut représenter le poil.

C’est à l’époque greco romaine que l’épilation commence à se populariser : une corporation de barbiers voit le jour, qui rasait, et épilait des puissants aux esclaves, dans leurs échoppes ou à domicile.

Puis sous l’empire romain, cela se démocratise encore davantage : une grande partie de la population fréquente les thermes, et dans ces lieux, beaucoup d’hommes se font raser les jambes afin de mettre en valeur le port de la tunique courte.

Après la chute de l’Empire Romain, les gens laissent tomber l’épilation, et il faudra attendre la fin des croisades pour qu’elle renaisse de ses cendres.

Puis pendant la Renaissance, la mode est de s’épiler le front pour qu’il soit plus grand, cette technique devait marquer encore une fois la différence entre l’être humain et l’animal.

Après la Seconde Guerre Mondiale, les vêtements permettent aux femmes d’être plus libres de leurs mouvements et ils permettent de voir plus de chair : l’épilation des jambes et des aisselles revient petit à petit…
De plus, c’est tout au long du 20 ième siècle que se développe massivement l’idée q’une femme doit être imberbe…
La mode ne présente que des mannequins imberbes, la publicité nous vantent les miracles de la cire chaude ou froide, des rasoirs, des crèmes dépilatoires, les stars sont toutes présentées comme imberbes.

Néanmoins on peut remarquer que dans beaucoup de productions pornographiques des années 70/80, les femmes pouvaient avoir des poils sur le pubis sans que ca ne dérange personne. Ou plus récemment, on voit fleurir des initiatives d’artistes qui affichent leurs poils, comme Lourdes Ciccone, la fille de Madonna, Miley Cyrus, Paris Jackson, la fille de Michael Jackson,Julia Roberts,Alicia Keys ou Drew Barrymore.


Mais au delà de positionnements féministes, qui dit en gros que j’aimerais que toutes les personnes aient le choix de s’épiler ou non, que ca ne gene en rien le passing, et qu’il faut en finir avec ces idées débiles et sacrement bien ancré que les poils c’est pour les messieurs et les dames doivent rester imberbes.

Parce que c’est infantilisant de vouloir des vulves sans poils, car ce serait oublier que la puberté a lieu chez les filles aussi, et que les poils sont un caractère sexuel secondaire pour tout le monde…

Et puis, avoir des poils sous les aisselles par exemple permet de mieux réguler sa temperature corporelle : les poils permettent d’évacuer la sueur.

Les poils sont une bonne barrière naturelle, les enlever nous rend plus vulnérables à cause des micro lésions crées par l’épilation ou le rasoir, qui sont des portes ouvertes aux microbes, mais aussi parce que les poils servent de vigiles contre les microbes, virus et infections qui voudraient faire la fiesta bien au chauds dans nos organismes


Excellente transition pour vous parler d’un projet photo que j’ai découvert sur Facebook : Soyeuses, crée par le collectif Liberté Pilosité Sororité.

J’ai découvert l’existence du collectif en trainant sur Facebook, je suis tombée sur l’une de leurs publications où il y avait des photos magnifiques de personnes poilues pour faire passer le message que le poil peut etre beau, qu’il doit etre accepté, et qu’il n’a rien de sale ou de pas féminin.

C’est un projet réalisé par la photographe Enthea Tendo, et je trouve les images magnifiques en elles mêmes.Un financement participatif a été crée il y a quelques mois, et l’objectif était de permettre de pouvoir développer les photos et de pouvoir exposer, voir meme de pouvoir proposer l’exposition à d’autres villes.
J’ai trouvée le message hyper important, parce qu’à l’heure où on nous incendie encore de pubs pour la cire, ou pour l’épilation laser, ce genre de message fait clairement du bien.

Une des photos du projet Soyeuses, réalisé par Enthea Tendo

Sources :

Avoir des poils est bon pour le corps
6 raisons pour lesquelles je refuse l’épilation intégrale du pubis
A quoi servent les poils ? – Top Santé
Pourquoi il ne faudrait jamais se raser le pubis-Marie Claire

L’épilation à travers l’histoire

Crédits photo :

Dernière photo : Enthea Tendo

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s