La queerisation de la pop mainstream #1

Tout au long de mon adolescence, et de ma jeune vie d’adulte, j’ai écouté de la pop, même si je ne voulais pas l’avouer ( oui à une époque je voulais trop passer pour une trve TMTC)…
J’ai commencée par Lady Gaga, qui pour moi était la popstar la plus libertaire du monde, mais après quelques pérégrinations sur YouTube, je suis tombée sur des artistes hyper intéressant.e.s…

Mais si j’écris cet article, c’est que je remarque une « queerisation » de la musique pop ces derniers temps (même si je ne vais pas citer des artistes hyper mainstream)…
Alors peut être que c’est qu’une mode, mais je trouve cette tendance intéressante…
Je pense que tout soutien est bon pour les causes queers (oui même Taylor Swift et sa chanson GENIALE)


Premiere artiste que j’aimerais citer, c’est Miley Cyrus. (J’ai écrit un article plus détaillé sur elle alors n’hésitez pas à le lire, c’est par ici)

Si vous ne la connaissez pas, c’est une chanteuse qui a commencée comme vedette d’une série Disney pour ados Hannah Montana, puis à décider de prendre un virage à 250°, et a commencé à faire de la musique plus adulte dirons nous…

De plus, elle a fait son coming out en tant que personne pansexuelle, et comme personne fluide.

La chanson la plus queer de son répertoire est Mother’s Daughter

Non seulement les paroles sont hyper enpouvoirantes, et féministes, mais c’est le clip qui sort de l’ordinaire : slogans tels que Every woman is a riot,(Toutes les femmes sont des rebellions) Virginity is a social constuct ( la virginité est une construction sociale), Not an object ( Pas un objet)

Elle présente une femme allaitante, une personne en fauteuil roulant, et une personne qui porte un t-shirt sur lequel est écrit « They/them », pronoms utilisés par certaines personnes non binaires, une personne qui a une serviette dans la culotte, pour s’opposer au tabou des régles, une personne grosse, une petite fille en super héroïne, des personnes agées.
Et tout est representé de façon très positive, bienveillante et non stigmatisante.

Elle se grime en Jeanne d’Arc, portant fièrement son arme ( il paraîtrait que Jeanne d’Arc était une personne trans) , et on voit des scènes de militantes féministes violentées.
De plus, durant tout le clip, elle porte un costume en latex, très proche de l’esthétisme fétiche et BDSM.

De plus, en 2014, elle a lancée sa fondation Happy Hippie Foundation pour venir en aide aux personens LGBTQI, et aux personnes sans domiciles fixes, et aux autres personnes vulnérables


La seconde personne dont j’ai eu envie de parler c’est Brooke Candy. J’adore cette artiste, comme vous le savez puisque vous avez déjà lu l’article que je lui ai consacré ( si ce n’est pas le cas, c’est par ici.)

Depuis ses débuts, elle chante des chansons avec des textes sexuellement explicites, à une identité très sexualisée, mais elle en joue beaucoup.
Ses paroles parlent du fait qu’on doit être fier.e.s de ce qu’on est, de qui on aime et d’avec qui on baise, et qu’il faut assumer sa libido, qu’il faut se réapproprier les termes putophobes et en faire des armes…


Plus récemment, elle a queerisé son propos déja féministe, en sortant une chanson qui s’appelle My sex, en duo avec les Pussy Riot…
Et on retrouve un peu la meme imagerie fetish et latex que dans Mother’s daughter de Miley Cyrus, meme si la chanson parle plus du fait qu’on doit être fier.e.s de ce qu’on a entre les jambes et fait un gros fuck à la binarité de genre

Dans ce clip sorti en 2019, elle part de la figure hyper connue de la nymphe, et propose sa propre vision de la beauté ( qui correspond plus à la mienne également), en proposant des personnes à l’apparence atypique…
Les paroles parlent encore de sexualité, de sexe, et défendent l’idée que chacun.e peut faire ce qu’ille veut de son corps sans que sa valeur n’en soit diminuée ( non mais y’a vraiment des gens qui pensent ça ?)

Ou encore ce remix de sa chanson Cum, en duo avec Sophie, une artiste dont je vais vous parler plus bas, dont le refrain peut se traduire ainsi :

Make me cum, make me squirt
(Fais moi jouir, fais moi éjaculer)
See my titties through my shirt
(Regarde mes tétons sous mon t-shirt)
Get me off, get me wet
(Rends moi humide)
Push my pussy to the edge
(Pousse ma chatte jusqu’a la limite)

Comme pour les chansons précédentes, mais de façon encore plus visible, elle parle de sexe, et encourage le fait de ne pas avoir honte de la sexualité, qu’on peut en parler, en chanter, et ce n’est pas une affaire d’état…
Que c’est bon de se faire du bien, quand on en ressent l’envie, poussant à l’extreme le motto : mon corps, mon choix et ferme ta gueule !
Pour moi c’est une artiste clairement sex positive, et enpouvoirante sur ce domaine là et je trouve son message hyper important…


Troisième artiste dont je voulais parler, il s’agit de Charlie XCX, que j’ai découvert comme tout le monde avec le titre Break the rules, que j’ai adorée…
Mais ce n’est pas ce titre qui est particulièrement intéressant, mais le fait qu’elle évolue vers quelque chose de plus féministe : elle a sortie un titre Body of my own, au début de sa carrière, qui se veut résolument féministe, elle fait beaucoup de collaborations avec Brooke Candy par exemple, et plus récemment, elle a sortie une chanson en duo avec Christine and the Queens, Gone.


D’ailleurs, je fais une petite parenthèse : niveau pop française, depuis quelques temps, des artistes comme Pomme ou HOSHI, qui se revendiquent fièrement lesbiennes, gagnent en notoriété, mais elles n’ont pas la flamboyance de leurs collègues américain.e.s, il n’y a pas encore de chanteur.se trans, ou non binaire, ou de façon plus générale d’artiste queer qui crève le paysage musical français.

Ou en tout cas, illes ne le revendiquent pas, et n’en font pas forcément un de leurs chevaux de bataille.


Mais je voulais tout de même parler de Christine and the queens/Chris, qui avec la sortie de son dernier album, a changé de look et de coupe de cheveux, et revendique le droit de ne pas se mettre d’étiquette quand a son genre ou à son orientation sexuelle…
Elle se définit comme genderqueer.
C’est la seule exception du paysage musical français, qui reste encore (trop) très hétéro-cis centré


Avant derniere artiste dont je voulais parler : King Princess. J’ai découvert sa musique en faisant mes recherches pour cet article, et j’aime beaucoup sa musique, assez douce et calme, surtout 1950, qu’elle a écrit en hommage au roman Carol de Patricia Highsmith, un roman qui raconte l’histoire d’amour entre deux femmes, ainsi qu’a la communauté LGBTQI.

De plus, elle se revendique genderqueer et lesbienne.


Derniere artiste dont j’aimerais vous parler, SOPHIE, que j’ai découvert grace à un reportage d’ARTE, est une productrice et musicienne britannique.

Elle a produit des titres pour Madonna ou Kendrick Lamar par exemple.

J’aime beaucoup sa pop très envoûtante, et sa voix magnifique, ses vidéos sublimes d’inventivité et de créativité… Elle n’a pas encore sortie beaucoup de titres, mais j’aime chacune de ses chansons.

D’ailleurs, en faisant mes recherches, j’ai découvert qu’elle avait été victime de transphobie avant qu’elle ne révéle sa véritable identité, car on l’accusait d’être un homme prenant un pseud féminin dans un milieu où les femmes étaient sous représentées…

Sources :

http://www.happyhippies.org/#manifesto

Miley Cyrus

King_Princess

Sophie_(musician)

Brooke_Candy

Christine_and_the_Queens

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s