Le féminisme et moi #2

J’ai eu envie d’écrire cet article en relisant le premier volet ( lisible ici) qui date de quatre ans…
Je l’ai remis au gout du jour, mais j’ai ressenti le besoin de parler de l’évolution que j’ai accomplie durant ces dernières années…

Mon féminisme inclut la lutte pour les droits des personnes trans, pour les personnes non binaires, intersexes, mais aussi pour les femmes voilées, les personnes travailleur.ses du sexe, les personnes qui veulent des enfants, celles qui n’en veulent pas, les personnes non-valides et neuro-atypiques,…

Mon féminisme a beaucoup évolué au fil des années : d’abord plus tournée vers le sort des LGB, je me suis intéressée aux revendications des personnes trans et intersexes, il y a quelques années lorsque mon frère jumeau a entamé une transition hormonale.

Et ce qui m’a tout de suite sauté aux yeux, c’est que même les collectifs et associations qui se revendiquent féministes intersectionnelles, ne prennent que très peu en compte autre choses que les revendications des femmes cis blanches hétéra , minces, CSP+, futures mères, et carriéristes.

J’ai vu se dessiner un féminisme blanc, bien souvent TERF ( Trans Exclusionary Radical Feminist), qui croit que les femmes trans ne sont que des hommes déguisées, et les mecs trans des traîtres à la causeeeuh ( à lire comme la meuf qui dit que c’est contre natureeeuh)

Encore plus souvent SWERF (Sex Worker Exclusionary Radical Feminists), qui exclue les personnes travailleuses du sexe donc… Qui luttent pour les droits des femmes, mais n’en ont rien à faire des autres…

Franchement droits des femmes, les femmes, etc, ça a le don de me foutre le cafard ou au mieux de me donner envie de tout envoyer valser…
Je ne pense pas qu’on puisse se définir comme féministe si on ne prend pas en compte les luttes des personnes queer, et qu’on ne se bat pour toutes les femmes à minima… Mais toutes les femmes veut pas dire seulement tes copines minces, blanches, valides, hétéro et cis !

Ce qui m’a particulièrement marqué c’est une manif du 8 mars il y a deux ans, ou je suis avec mon frère jumeau, on est dans le cortège non mixte de tete, et alors qu’on discute tranquillement, une personne vient nous voir, se plante de ses deux pieds devant mon frère, et lui lance comme un cheveu sur la soupe «  t’es un garçon ou une fille ? »

Et on est restés coïts avec mon frère, on a réussi à s’en dépatouiller, mais vraiment j’étais hyper mal à l’aise, et ça m’a durablement marqué…

Parce que je pensais que dans un milieu qui se définit lui même comme safe et déconstruit, on avait surpassé la binarité de genre, et qu’on était un minimum au courant que cette question ne se pose pas !

Et aujourd’hui, je m’intéresse grandement aux personnes habituellement rejetées par le féminisme moderne : les personnes non valides, neuro-atypiques, ou les personnes grosses par exemple.

J’aime aussi le mouvement écoféministe, le mouvement autour du flux instinctif libre, et des protections périodiques alternatives, et toute la mouvance autour de l’allaitement, des doulas, d’une éducation plus ouverte et plus douce… Ce mouvement ou on revendique etre féministe et mère…

Aujourd’hui mon féminisme consiste essentiellement à relayer la parole des concerné.e.s, et d’essayer au maximum de ne JAMAIS parler à leur place.

Et c’est devenu un peu ma philosophie de vie en mode « oui, je suis blanche et valide, donc j’ai des privilèges, donc je peux en profiter pour relayer la parole des moins priviligié.es que moi, et essayer de faire office de porte voix de leurs revendications et de leurs pensées.

Mon blog est un bon outil pour ça, et je me sens très honorée quand j’ai l’occasion de rendre publique et accessible la parole d’une personne.

Mon credo c’est aussi de me dire «  je ne sais pas quoi penser de l’appropriation culturelle, des TDS ou des femmes voilées, et ben je vais lire des articles, regarder des reportages, écouter des podcasts, afin de savoir ce que pensent réellement les concernées de ces sujets, et m’aligner à ce qu’elles pensent »

Et en vrai, c’est assez facile quand tu penses juste que le credo féministe « mon corps, mon choix et ferme ta gueule » est plus large que de légitimer la contraception, l’avortement et de se balader en shorts. En fait ça légitimise aussi de porter le voile, d’etre TDS, de choisir d’avoir des poils, des cheveux blancs, de porter le voile, de faire une transition, de prendre des hormones, d’avoir des enfants ou de pas en avoir, de ne pas vouloir faire de sexe, de baiser avec qui on veut tant qu’on veut ou on veut ( dans le respect du consentement mutuel libre et éclairé évidemment),…

Depuis quelques années, je me dis juste que je suis personne pour décider ou savoir mieux que les concernées, et ça me rend folle de rage de voir que des personnes blanches valides se permettent d’émettre un avis sur des sujets qui les regardent pas, et qui n’ont aucune connaissance du sujet…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s