Le mouvement bodypositive

Cet été, pendant ma semaine de vacances à Marseille, j’ai discutée avec une personne des limites que je voyais au mouvement bodypositif, et au biais que j’y voyais : en gros, pour moi le mouvement bodyposi veut que les personnes s’acceptent comme elles sont, et sont fières d’elles mêmes, mais quid des personnes qui ont besoin de changer pour s’accepter, que ce soit par le biais de modifications corporelles, de régimes, de prises d’hormones, de chirurgies,…

Personnellement, je suis d’avis de vivre et laisser vivre, et je pense que c’est aux personnes elles mêmes de juger ce qui est bon pour elleux.

Mais ça m’a donné envie de me renseigner un peu sur ce mouvement, et de faire quelques recherches pour savoir si des personnes s’étaient éloigné.e.s du mouvement également.

En effet, les activistes bodyposi pensent que le poids est seulement une des facons que nos corps ont d’etre placés dans une hiérarchie de pouvoir et de désirabilité.
Ce mouvement veut marcher de concert avec tous les mouvement de justice sociale, qui tente d’apporter un éclairage intersectionnel aux problèmes de société, recouvrant ainsi l’ethnicité, le genre, l’orientation sexuelle et romantique, et les capacités physiques.
Son but est de dénoncer les standards de beautés irréalistes, et de construire une confiance en soi.

Il place le fait que la beauté est une construction sociale au coeur du mouvement, et que ce construit ne devrait pas empecher les personnes de se sentir confiants et dignes d’interet. L’idée entourant le mouvement bodyposi est centré autour de la notion que les personnes ont besoin de s’aimer completement, tout en s’acceptant comme iels sont.

Le mouvement bodyposi a des racines dans le mouvement d’acceptation des personnes gros.ses, comme dans la National Association to Advance Fat Acceptance (ou Association Nationale pour l’avancement de l’acceptation des personnes gros.ses)
Ce mouvement veut donner de la visibilité à des corps qui n’en n’ont pas dans les médias, et même si n’importe qui peut en faire partie, celleux qui rentrent dans les criteres normatifs de la société, sont plutôt considérées comme allié.es, et doivent aider à la promotion des types de corps sous-représentées.

Même si le mouvement bodyposi est perçue comme la célébration de l’apparence physique, le mouvement invite également à se battre pour la normalisation des poils, des menstruations, des fluides corporelles, et à mettre à mal les idées préconçues autour de l’apparence féminine.
Personnellement, je vois ce mouvement comme un refuge pour toutes les personnes qui ne rentrent pas dans les normes, que ce soit à cause de leur poids, de leurs poils, de leurs genre, de leur orientation sexuelle et/ou romantique, du fait qu’elles soient non-valides ou neuroatypiques,…

Historiquement, ce mouvement est aussi lié à un mouvement appelé le Victorian Dress Reform Mouvement, qui a eu lieu durant la première vague féministe, dans les années 1850 à 1890. Ce mouvement avait pour but de mettre un terme à l’usage des corsets, et de la pratique de laçage extremement serré, auquel les femmes s’adonner pour donner l’illusion d’une taille fine…
En effet, cette pratique était très dangereuse pour la santé, mais les femmes qui la pratiquaient étaient moquées en leur disant qu’elles avaient un trop gros égo, et celles qui ne le pratiquaient pas étaient aussi moquées également…
Cela a instillé un sentiment de défaite chez les femmes de l’époque, car elles pensaient que quoiqu’elles fassent elles n’arrivaient jamais à satisfaire les hommes de leur époque.
C’était aussi l’époque où elles ont luttés pour le droit de porter des pantalons.

Une centaine d’années plus tard, en 1967, Steve Post, un animateur radio de New York a organisé un fat-in à Central Park.
Il souhaitait protester contre les discriminations que vivent les personnes grosses.
Cinq mois après ce fat-in, Lex Louderback écrivit un essai intitulé « Plus de personnes devraient être grosses », en réponse aux discriminations que vivaient sa femme.
Cet écrit a initié un mouvement dont le but étaient de combattre le fatshaming, et l’idée fausse qu’être gros.se signifie toujours être en mauvaise santé.
Ce pamphlet incita à la création de la National Association to Advance Fat Acceptance en 1969 par Bill Fabrey, qui porte la difficille mission de mettre un terme aux discriminations liées au poids, mais aussi de faire de la prévention autour de la différence entre être gros, et être obese.

 La seconde vague de bodyposi qui a eu lieu dans les années 1990 s’est concentrée sur la fait de donner aux personnes un endroit où elles pourraient venir et faire de l’exercice.

Il y eu des programmes spécifiques pour personnes en surpoids, comme le programme de natation hebdomadaire  » Making waves », ou encore les programmes de sport à la maison de Genia Pauli Haddon et Linda DeMarco « Yoga for round bodies »

La troisieme vague, qui a su tirer profit de la popularité de plus en plus croissante des plateformes numériques depuis 2012, a su avoir une place encore plus importance. Le mouvement va donc remettre en cause les standards irréels de la beauté féminine, comme la peau douce, les mensurations parfaites, et la chasses aux imperfections.


Tess Holiday, une modèle et activiste lance le compte @EffYourBeautyStandards, qui donne lieu à un déferlement de soutiens à la cause.
Apres avoir crée ce compte, elle signe chez Milk Management, une agence de mannequins.


Depuis, Instagram reste l’outil le plus puissant pour faire la pub de ce mouvement.

Le mouvement bodyposi fonctionne bien à cause de l’effet qu’il a sur la psychologie des personnes.
En effet, il encourage celleux qui en font partie de voir l’amour de soi et l’acceptation de soi comme des choses qui font rendre les personnes encore plus dignes. Le mouvement est basé sur la façon de se trouver digne d’interet.

Mais la psychologie du mouvement va largement au delà du fait de se sentir bien. Il est aussi reconnu comme une importante partie du bien être mental et physique puisqu’il a été prouvé qu’avoir une mauvaise image de soi peut conduire à des problèmes physiques et mentaux, comme des troubles du comportement alimentaire, la dépression, le trouble de dysmorphie physique,…

Le mouvement se concentre surtout sur les femmes cisgenres en prenant le parti prix que les standards de beauté sont plus difficiles à ignorer pour les femmes que pour les hommes.

Toutefois, même si le mouvement a été crée pour représenter les personnes habituellement marginalisées dans les médias, on retrouve beaucoup de femmes qui entrent dans les normes qui se sont appropriées le hashtag( blanche, jeune, mince, valide).
Cette réappropriation par les corps mainstream semble faire perdre de l’impact au mouvement, en se détournant du message originel.

De plus, je me souviens de posts de connaissances grosses qui fustigeaient beaucoup de modèles grande taille, car même si elles étaient grosses, elles restaient grosses mais désirables, car leurs corps étaient bien proportionnées, et étaient grosses de façon acceptable. Pour elles, ces corps n’étaient pas représentatif de ce à qui ressemblent des personnes grosses, qui ne rentrent pas dans les criteres du corps sexy selon les normes.

L’idée de poster une photo non retouchée de soi pour embrasser ce que Amber E.Kinser, chercheuse en études de genres définit comme du « faux féminisme » : Kinser critique ses soi disant actes de résistances qui ne remettent pas en cause le patriarcat et ce genre de campagne ne détériorent pas la validité de l’argument qui voudrait que la valeur d’une femme est équivalente à sa bonne apparence physique.

Alors que le mouvement change ce qui est actuellement acceptable, il ne se plonge pas dans les raisons qui font que les personnes ont de telles relations avec leur corps.

Pour conclure, je dirais qu’il est temps de rendre ce mouvement aux personnes concernées, et que toute personne est belle, puissante grace à tout ce qu’ielle est, et pas seulement grâce à son apparence physique.

Je pense que j’écrirais par la suite, une série d’articles autour de militant.e.s bodypositive qui m’inspirent

STAY TUNED !

Sources :

https://www.madmoizelle.com/body-positive-mouvement-711817

https://fr.wikipedia.org/wiki/Body_positive

https://en.wikipedia.org/wiki/Body_positivity

https://www.cosmopolitan.fr/le-mouvement-body-posi-c-est-quoi-au-juste,2002861.asp

Sur les limites du mouvement :

https://www.buzzfeed.com/fr/kiyemis/comment-je-me-suis-eloignee-du-mouvement-body-positive

https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/body-positive-comment-ce-mouvement-a-ete-denature-de-son-discours-politique-7798015852

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s